Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Le testament de Maria Pypelinckx, mère du peintre Pierre Paul Rubens, est restauré

Texte petit  Texte normal  Texte grand
27/03/2018 - Restauration - Archives de l'État à Gand - Archives de l'État à Anvers-Beveren - Archives générales du Royaume

Il y a 2 ans, un testament de Maria Pypelinckx, mère du peintre Pierre Paul Rubens, était découvert aux Archives de l’État à Gand. En mauvais état, le document a été restauré au sein de l’atelier de restauration des Archives générales du Royaume. Découvrez toutes les étapes de cette opération minutieuse.

En février 2016, Willy Stevens, un passionné d’archives, découvrait par hasard un testament de Maria Pypelinckx, mère du peintre Pierre Paul Rubens, aux Archives de l’État à Gand. Le précieux document, bien que révélant de nombreuses informations passionnantes, était menacé par son mauvais état de conservation. Il a donc été restauré au sein de l’atelier de restauration des Archives générales du Royaume.

Outre son empoussièrement, un jaunissement généralisé du papier et quelques auréoles peu esthétiques, le papier sur lequel avait été rédigé le testament était extrêmement affaibli par de nombreuses fissures et micro-lacunes, particulièrement visibles en lumière transmise.

La fragilité du papier rendait la manipulation du testament dangereuse et menaçait sa conservation à long terme. Il était donc indispensable de trouver une solution. Mais les techniques habituelles de réparation de déchirures et de comblement des lacunes n’étaient pas applicables dans ce cas particulier. De telles interventions auraient, en effet, été fort peu esthétiques et aurait rendu la lecture du document plus difficile. Il est rapidement apparu que la seule solution était de procéder au colmatage du document à la pulpe de papier. Les restaurateurs des Archives générales du Royaume n’étant pas formés à cette méthode, de nombreuses recherches et tests à blanc ont été réalisés préalablement au traitement. Il s’agissait de ne prendre aucun risque ! Après de nombreux tests réalisés au sein de l’atelier de restauration des Archives générales du Royaume, nos restaurateurs étaient fin prêts. Après avoir été dépoussiérés et lavés, les trois feuillets composant le testament ont été traités individuellement dans la colmateuse.

Le colmatage se pratique en milieux aqueux. Une fois le document maintenu au fond de la cuve par une grille, une pompe y apporte de l’eau. De la pulpe de papier est alors ajoutée au bain. Quand tout est prêt, on va simultanément relever la grille, évacuer l’eau et exercer une force de succion grâce à la table aspirante. Ces trois actions simultanées attirent la pulpe de papier vers le bas, permettant à celle-ci de se déposer dans les lacunes et les déchirures. Une fois l’opération terminée, les feuillets sont mis sous presse le temps du séchage.

La restauration du testament a non seulement permis d’éclaircir le papier et de faire disparaître les auréoles, mais elle a surtout permis de renforcer la structure du papier sans altérer la lecture du document. Le testament sera désormais conservé aux Archives de l’État à Anvers-Beveren.

       

     

En savoir plus

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement