Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Première Guerre mondiale

Texte petit  Texte normal  Texte grand

Plusieurs producteurs d’archives ont laissé de précieux documents relatifs à la Première Guerre mondiale. À l’occasion des commémorations de 2014-2018, plusieurs séries ont été numérisées, comme des photos, des affiches ou des séries de sources de première main comme les archives du Conseil de Flandre et les rapports de guerre des paroisses. Il s’agit notamment d’archives produites pendant la guerre ainsi que de collections qui ont été formées par après. La Commission des Archives de la Guerre, crée en 1919 a joué un rôle important à cet égard.  

Les documents couvrent les aspects les plus divers du conflit : l’invasion, les massacres de civils, les campagnes de protection du patrimoine, les opérations militaires sur le  front de l’Yser, la vie quotidienne, l’accueil de réfugiés belges à l’étranger, la destruction de l’infrastructure industrielle, la libération du territoire, les cérémonies de la victoire, etc.  

Photos, dessins, affiches et objets

La riche collection iconographique de la Première Guerre mondiale, conservée aux Archives générales du Royaume, a été constituée suite à une grande opération de collecte immédiatement après la guerre. Des milliers de photos et de dessins illustrent différents aspects de la « Grande Guerre »  : l’invasion, les opérations militaires sur le  front de l’Yser, la vie quotidienne des soldats, la propagande, l’accueil de réfugiés belges et étrangers, la collaboration, les réseaux de résistance, la libération, etc. Les collections d’affiches (en couleurs) montre le langage visuel puissant avec lequel les parties belligérantes faisaient leur propagande (1017 articles) ; les affiches textuelles de Hasselt donnent également une vision poignante de l’impact de la guerre sur la vie quotidienne de la population (1022 articles). Ces différents aspects de la guerre sont aussi mis en exergue par les collections de médailles et d’autres objets (insignes, rubans, jeux de société, etc.) qui avaient été rassemblés par la Commission des Archives de la Guerre.

La collection numérisée de photos, de cartes postales et d’affiches du CegeSoma provient en grande partie de collections privées (albums de familles). La plupart des images concernent les aspects militaires de la guerre et de la vie des soldats au et derrière le front. La collection documente aussi des aspects plus généraux de la société, comme le soin des malades ou l’existence de prisonniers de guerre.  

Photos

Dessins

Affiches

Médailles

Autres objets

Avec le soutien du Commissariat général à la Commémoration de la Première Guerre mondiale et de la Loterie Nationale.

Archives de la Croix-Rouge

Les archives de la Croix-Rouge sont essentielles pour comprendre le fonctionnement des services médicaux en temps de guerre, que ce soit au front, en Belgique occupée ou encore à l’étranger. Elles contiennent des milliers de fiches avec des renseignements sur les soldats belges blessés et qui étaient soignés dans des hôpitaux belges. Plus de 70.000 de ces fiches, classées selon le domicile des soldats, ont été numérisées (cotes d’inventaire 176-242). Les archives contiennent aussi des centaines de photos révélant le fonctionnement de la Croix-Rouge, le travail des médecins et des infirmiers et le quotidien au front (cotes d’inventaire 94-160). Une collection photographique produite par la Croix-Rouge américaine illustre, entre autres, la situation des réfugiés dans des centres d’accueil en France et aux Pays-Bas pendant la guerre (cotes d’inventaire 676-849).

Rapports paroissiaux

En décembre 1918, le cardinal Mercier chargea une commission interdiocésaine de documenter ce qui s’était passé pendant les années de guerre dans les paroisses belges. Au printemps 1919, une enquête a été envoyée à tous les curés pour servir de base au rapport. Après une brève contextualisation de leur paroisse, les curés devaient décrire en détail l’invasion allemande, divers aspects du régime d’occupation - avec une attention particulière sur son impact sur la vie religieuse - le travail obligatoire, la déportation d’ouvriers en Allemagne et le sort des prisonniers politiques. La fin de la guerre, le retrait de l’armée allemande et le retour des prisonniers politiques devaient constituer la partie finale des rapports. Les couvents et les collèges épiscopaux devaient également rédiger des rapports similaires.

Ces rapports très détaillés ont été rassemblés par diocèse. Un ouvrage commémoratif (l’objectif initial) n’a jamais été réalisé. Pour la plupart des paroisses belges, ces documents peuvent être consultés en ligne, classés par diocèse. Ils donnent une image fascinante, mais aussi poignante, de ce que la Première Guerre mondiale a impliqué pour les gens ordinaires.   

Avec le soutien des diocèses belges.

Archives du Conseil de Flandre

Dans le cadre de leur Flamenpolitik, les forces d’occupation allemandes préconisaient la création d’un État satellitaire en Flandre. Pour que cela soit acceptable pour l’opinion publique internationale, les Flamands ont dû en faire eux-mêmes la « demande » formelle. L’assemblée semi-représentative, une sorte de proto-parlement pouvant faire fonction de partie demanderesse, a été officiellement instaurée le 4 février 1917. Ce Conseil de Flandre s’est profilé comme une préfiguration du « Parlement flamand », le parlement belge étant un exemple en termes de structure organisationnelle et de procédures de fonctionnement. La dernière réunion du Conseil eut lieu le 20 septembre 1918. Les principaux documents numérisés de ce fonds sont :  

  • les procès-verbaux des assemblées générales (cotes d’inventaire 5-21)
  • les dossiers du secrétariat général (cotes d’inventaire 42-57)
  • les dossiers des conseils des « gouwraden » locaux (cotes d’inventaire 641-679)
  • les dossiers de renseignements généraux (cotes d’inventaire 1144-1355)
  • les dossiers des réunions populaires locales (cotes d’inventaire 1585-1958)
  • les affiches (cotes d’inventaire 1959-1988)
  • et une partie importante des archives d’Henri Pirenne (cotes d’inventaire 5591-5614).

Ces archives donnent dans leur ensemble un aperçu détaillé de l’activisme, y compris au niveau local. Les séries, classées géographiquement, permettent des recherches locales approfondies.  

Archives des réseaux de résistance et de renseignement  

La Commission des Archives des Services patriotiques établis en Territoire occupé au Front de l'Ouest a rassemblé après la guerre des archives en provenance de divers réseaux de résistance et de renseignement qui avaient été actifs en Belgique pendant la guerre. Les dossiers les plus fragiles de ce fonds ont été numérisés (cotes d’inventaire 1-189, 572-694, 3279-3587). Il s’agit entre autres de dossiers personnels, de rapports sur des actes de résistance, de photos aériennes, de négatifs sur verre, etc. Les nombreuses lettres d’adieu de résistants condamnés à mort sont des témoignages chargés d’émotion.  

Rapports du Comité National de Secours et d'Alimentation

Le Comité National de Secours et d'Alimentation a été créé en 1914 pour distribuer à la population les biens mis à disposition par la Commission for Relief in Belgium.

En plus du ravitaillement et de la distribution de nourriture, cette organisation fournissait aussi de l’aide aux réfugiés, aux sans-abri, aux chômeurs et aux orphelins de guerre. Les rapports généraux publiés par l’organisation après la guerre sont disponibles en ligne (cotes d’inventaire 1-8).

Laissez-passer pour les réfugiés

Pour les citoyens belges ayant fui aux Pays-Bas, les archives du Comité officiel belge pour les Pays-Bas contiennent les autorisations de retour qui avaient été délivrées en 1918 par les consulats belges. Ces documents fournissent des informations utiles sur la dernière adresse du réfugié aux Pays-Bas et la date de son retour en Belgique. Contrairement aux autres archives de réfugiés, ces documents contiennent souvent une photo de la personne concernée. Cette collection est un véritable trésor pour la recherche généalogique. Avec l’aide de bénévoles, près de 3.000 noms ont déjà été encodés dans le moteur de recherche « Rechercher des personnes ».

Dossiers de contumace de crimes de guerre allemands

Après que le gouvernement belge ait mis fin aux procès contre les criminels de guerre allemands en 1925, les dossiers de contumace ont été rassemblés à l’Auditorat de guerre à Bruxelles. En 1940, les nazis ont transféré ces dossiers sensibles à Berlin, où les Russes s’en sont emparés en 1945 pour les transférer à leur tour aux Archives Osoby à Moscou. En 2002, ces archives sont retournées en Belgique. Quatre-vingt-sept dossiers ont été entièrement numérisés dans le cadre du projet JUSINBELLGIUM : ils peuvent être consultés sur le site internet du Legal Tools Project de la Cour pénale internationale à La Haye.

 

www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement