Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

L'inventaire des archives du Secrétariat du Roi est publié

Texte petit  Texte normal  Texte grand
13/01/2015 - Inventoriage - Publications - Archives du Palais royal

En janvier 1919, Max-Léo Gérard devient secrétaire du Roi Albert Ier. L’inventaire des archives du Secrétariat du Roi, pour la période 1919-1924, vient d'être publié en décembre 2014. Ce fonds comprend principalement des archives économiques et financières ainsi que des archives sur des questions politiques des années 1915-1918.

Fils du député libéral et bourgmestre de Liège Léon Gérard, Max-Léo Gérard (Liège, 1879 - Bruxelles, 1955) est ingénieur des mines. Il débute sa carrière comme ingénieur conseiller dans le secteur bancaire. En 1917, il devient directeur de l’Office des questions financières auprès du Ministère des Affaires économiques. Le 7 janvier 1919, le Roi Albert Ier désigne Max-Léo Gérard comme secrétaire, une fonction assumée jusqu’au 20 octobre 1924.

Par la suite, de 1924 à 1926, Max-Léo Gérard devient directeur politique du quotidien L’indépendance belge et directeur général du Fonds d'amortissement de la dette publique. Il joue également un rôle dans le parti libéral. En sa qualité d’extra-parlementaire, il exerce la fonction de ministre des Finances à deux reprises : de 1935 à 1936, dans le premier gouvernement Van Zeeland, et en 1938 dans le gouvernement-Spaak. Entre 1938 et 1955, date de son décès, Max-Léo Gérard est à nouveau actif dans le secteur bancaire.

Le Secrétariat du Roi

Le Roi Albert Ier disposait d’un secrétaire personnel avant et pendant la Première Guerre mondiale. Cependant, entre décembre 1909 et décembre 1918, il n’existait pas de Secrétariat du Roi au côté du Cabinet du Roi. La nomination de Max-Léo Gérard modifie cette situation. En février 1934, le Roi Léopold III nomme également un Secrétaire du Roi, à savoir Robert Capelle.

À l’époque où Max-Léo Gérard occupait la fonction, le Secrétaire du Roi était en charge de l’économie, des finances et du commerce extérieur. Il était en outre le principal conseiller du chef d’État dans de nombreuses autres affaires. Lorsque, le 1er mai 1923, le « Secrétariat des Commandements du Roi » est aboli, le Secrétariat a été investi de quelques compétences additionnelles. Le Secrétaire du Roi gérait également les dossiers qui pouvaient être consultés par d’autres services du Palais. Max-Léo Gérard transmettait systématiquement aux autres départements et services du Palais les demandes et la correspondance concernant des affaires qui n’étaient pas de son ressort.

En octobre 1924, la mission de Max-Léo Gérard au sein du Secrétariat du Roi prend fin et il n’eut pas de successeur. En effet, le Secrétariat du Roi est aboli avec effet au 1er novembre 1924. Les compétences du Secrétariat sont transférées au Cabinet du Roi.

Archives du Secrétariat du Roi Albert Ier (Max-Léo Gérard)

Conservées aux Archives du Palais royal, les archives du Secrétariat du Roi Albert Ier reflètent le fonctionnement du Secrétariat du Roi dans les années 1919-1924 et concernent tous les domaines de compétence du Secrétaire du Roi. Il s’agit essentiellement d’affaires économiques et financières.

En février 1919, le Roi confia à son secrétaire une série de dossiers sur des questions politiques (élargissement du gouvernement, formation du gouvernement) de la période 1915-1918. Max-Léo Gérard les décrit (n°409 de l’inventaire) et les glisse dans ses archives sous les articles 20/20/1-20/4 (n°410-413 de l’inventaire).

En 1951, Max-Léo Gérard publie l’article « Documents de travail du Roi Albert Ier » dans La Revue générale belge. Il y donne des explications sur le « Répertoire des dossiers », un inventaire des archives qu’il a produites entre janvier 1919 et octobre 1924. La publication donne un bon aperçu du contenu de ces archives. Pour un grand nombre de dossiers, Max-Léo Gérard signale explicitement que le Roi y attachait une grande importance. Il fait remarquer également que certains dossiers contiennent les résultats d’initiatives royales. Dans un énoncé de clôture, Max-Léo Gérard insiste sur l’importance de ces archives : elles sont « formées, en six années d’un long règne, pour le service quotidien d’un grand roi ».

Archives de Max-Léo Gérard

Les Archives générales du Royaume conservent, quant à elle, les archives de Max-Léo Gérard. Celles-ci lui ont été confiées en décembre 1956 et en janvier 1957 par Madame Max-Léo Gérard. Ce don fit l'objet d'un avis du gouvernement, publié dans le Moniteur Belge du 19 avril 1957. La consultation des Archives de Max-Léo Gérard est subordonnée à une autorisation écrite préalable de l'Archiviste général du Royaume.

Bien que les multiples fonctions et mandats remplis par Max-Léo Gérard y soient inégalement représentés, ces archives constituent une documentation très variée sur de nombreux aspects de la vie politique, économique et sociale de la Belgique au cours de la première moitié du 20e siècle : politique gouvernementale dans les années 1935-1938, projets de réforme de l'État, finances publiques, libéralisme et Question royale. La correspondance entretenue par Max-Léo Gérard, et qui comprend également une importante série alphabétique générale (n°2-31), fait apparaître notamment la Cour de Belgique (n°1), les noms de personnalités politiques telles que François Bovesse (n°2), Louis de Lichtervelde (n°20 et 61), Robert Godding (n°9), Camille Gutt (n°11 et 66), Henri et Marcel-Henri Jaspar (n°18-19, voir notices), Maurice Lippens (n°21), Jean Rey (n°24 et 62), Paul-Henri Spaak (n° 26 et 87), Émile Vandervelde (n°28) et Paul Van Zeeland (n°31), ceux de journalistes comme Henri Grégoire (n°10) et Paul Henen (n°12) et ceux de financiers, tels que André Giron (n°8) et Max Horn (n°13).

Inventaires

Publié en 2014, l'inventaire des archives du Secrétariat du Roi Albert (Max-Léo Gérard) est téléchargeable gratuitement au format pdf. Il est également  en vente à la boutique des Archives générales du Royaume ou via publicat@arch.be au prix de 8 € + frais d'envoi éventuels.

JANSSENS Gustaaf, Inventaris van het archief van het Secretariaat van koning Albert I (Max-Léo Gérard) (1815-1918) 1919-1924 (1925-1928), série Inventaires Palais Royauxn°12, publ. 5425, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2014, 142 pages, 8 € + frais d'envoi éventuels.

A consulter également :

COSEMANS A., Inventaire des archives de Max-Léo Gérard, série Instruments de recherche à tirage limité Archives générales du Royaume  n°1955, publ. 2072, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 1994, 2,50 € + frais d'envoi éventuels.

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement