Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Les archives d'Electrobel ouvertes à la recherche

Texte petit  Texte normal  Texte grand
13/10/2015 - Inventoriage - Publications - Archives générales du Royaume 2 - dépôt Joseph Cuvelier

Electrobel fut longtemps l’un des principaux holdings ayant fonctionné en Belgique, actif principalement dans les secteurs de l’énergie (gaz, électricité, nucléaire, etc.), des transports et de l’ingénierie. Ses archives sont une source du plus grand intérêt pour l’histoire industrielle de la Belgique, mais aussi pour celle de nombreux pays où le groupe a été actif. L’inventaire de 193,7 mètres linéaires d’archives de l’ancien groupe Electrobel vient d’être publié. Il compte 6.520 numéros d’inventaires.

La société Electrobel (Compagnie Générale d’Entreprises Électriques et Industrielles) fut constituée le 17 janvier 1929. Les archives d'Electrobel, qui couvrent la période 1862-1989, sont le produit de l’activité de différents groupes créés au XIXe siècle, qui se sont concentrés progressivement pour engendrer, en 1929, le holding Electrobel. Celui-ci fusionna en 1986 avec le groupe Tractionel pour former Tractebel.

En juillet 1988, l’Association pour la Valorisation des Archives d’Entreprises (A.V.A.E.) a été contactée par Tractebel pour le traitement des archives historiques du groupe. Concrètement, il s’agissait de trier, classer et inventorier les archives antérieures à la fusion intervenue en 1986. La masse de ces archives était évaluée à 1.660 mètres linéaires. Les archives de Tractionel étaient conservées dans l’ancien immeuble de la société, 29, rue de la Science à Bruxelles. Celles d’Electrobel l’étaient dans les caves de l’immeuble sis au 1, place du Trône à Bruxelles.

L’A.V.A.E. a confié ce traitement d’archives aux historiens indépendants René Brion et Jean-Louis Moreau. Strictement limité au départ aux archives produites par le secrétariat général des deux groupes, le projet s’est rapidement étendu. Les archives de nombreux services, des anciens administrateurs du groupe mais aussi celles de nombreuses filiales liquidées ont ainsi fait partie des accroissements successifs de la mission confiée par Tractebel à l’A.V.A.E. et par celle-ci aux deux historiens. Au total, on a évalué à environ 680 mètres linéaires les archives supplémentaires qui furent finalement prises en compte en cours de contrat. Cela portait l’ensemble des archives avant tri à 2.340 mètres.

Le traitement des archives a pris deux ans, entrecoupés de déménagements successifs. Les archives ont été données aux Archives générales du Royaume en 1990. Dans les années 2007-2015, l’inventaire a été mis aux normes ISAD(G).

Que contiennent ces dossiers ?

Conservées aux Archives générales du Royaume 2 - dépôt Joseph Cuvelier, les archives d’Electrobel se répartissent en 95 sous-ensembles qu’on peut regrouper ainsi :

  • archives des organes statutaires et de direction de la société (8 sous-fonds),
  • archives du secrétariat général et collection documentaire (3 sous-fonds),
  • archives d’administrateurs et cadres (5 sous-fonds),
  • archives de holdings dont l’activité a été reprise par Electrobel (8 sous-fonds),
  • archives propres de filiales (62 sous-fonds), archives d’organismes divers à caractère économique (6 sous-fonds),
  • archives d’organismes à caractère social (2 sous-fonds),
  • collection d’anciens inventaires (1 sous-fond).

Les archives concernent différents secteurs industriels : énergie (gaz, électricité, pétrole, charbon, nucléaire), transports en commun (tramways, autobus, chemin de fer), ingénierie, installations techniques, construction métallique et électrique, médias (cinéma), télécommunications (téléphone, radio, télévision), construction de machines comptables et informatiques, construction et entreprises de travaux, matériaux de construction, immobilier, etc.

Les pays concernés sont tout aussi divers : Allemagne, Belgique, Congo, Espagne, France, Italie, Lettonie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Russie, Tchécoslovaquie (aujourd’hui République tchèque et Slovaquie), Ukraine, etc. pour ne citer que les principaux.

Fonds apparentés

D’autres fonds d’archives privées déposés aux Archives de l’État présentent des similitudes avec le fonds Electrobel. On pense aux archives des holdings Sofina, Tractionel et Tractebel, qui ont joué des rôles similaires dans les secteurs de l’électricité et des tramways, en Belgique et à l’étranger ; ou aux archives de la société Electrabel qui regroupe les intérêts du groupe Electrobel dans l’énergie en Belgique.

 

L’inventaire

L’inventaire des archives d'Electrobel est en vente aux Archives générales du Royaume 2 - dépôt Joseph Cuvelier, à la boutique des Archives générales du Royaume ou via publicat@arch.be. Il peut également être téléchargé gratuitement au format pdf.

BRION René en MOREAU Jean-Louis, Inventaire des archives du groupe Electrobel alias Compagnie Générale d’Entreprises Électriques et Industrielles (1862-1989), série Inventaires Archives générales du Royaume 2 - dépôt Joseph Cuvelier n°30, publication n°5521, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2015, 24 € (+ frais d'envoi éventuels).

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement