Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Les archives des Forges de Clabecq conservées à Louvain-la-Neuve

Texte petit  Texte normal  Texte grand
17/03/2015 - Inventoriage - Publications - Archives de l'État à Louvain-la-Neuve

En 1997, les Forges de Clabecq tombaient en faillite. Après deux ans de négociations, les archives de l'entreprise ont pu, heureusement, être sauvées. Quelque 300 mètres linéaires d'archives, aujourd'hui conservées aux Archives de l'État à Louvain-la-Neuve, ont été inventoriées. En 2015, la réhabilitation partielle du site industriel se poursuit.

Fondée à la fin du 18e siècle, l’usine de Clabecq fabriquait à l'époque des platines, essieux et bandages pour chariots de ferme.Vers 1810, Nicolas Besme fait construire un haut fourneau à fondre le minerai de fer, pour le convertir en gueuses et poteries. L’établissement de Clabecq réalise donc, dans une région agricole et sans tradition métallurgique, le tour de force de faire fonctionner un haut fourneau tout en étant situé dans une zone dépourvue de charbon, de minerai, ni particulièrement forestière. L’entreprise est alors dénommée « Fonderie et Platinerie en fer ». Les Forges de Clabecq poursuivent leur développement au fil des ans.

Au début des années 1980, l’évolution des Forges de Clabecq est cependant plus que jamais exposée aux aléas de la conjoncture sidérurgique mondiale. La division tréfilerie est fermée en 1984 et la cokerie de Vilvorde en 1986. En 1988, les Forges de Clabecq réalisent néanmoins un bénéfice de 645 millions de francs belges et fêtent le centenaire de leur constitution en société anonyme. Mais à partir de 1989, la situation se dégrade rapidement, suite à une nouvelle récession du marché de l’acier. La faillite de l’entreprise a été déclarée en 1997. L'entreprise est reprise par le Groupe Duferco. Faisant partie du groupe NMLK, le laminoir est aujourd'hui le dernier outil encore en fonction. Désaffecté, le site clabecquois en bordure du canal à fait l’objet, en 2008, d’une réhabilitation partielle. En 2015, Duferco poursuit les démarches en vue d'y construire, entre autres, des logements.

Les archives

Les Archives de l'État à Louvain-la-Neuve conservent 300 mètres linéaires d'archives des Forges de Clabecq. Ces archives couvrent la totalité de la période d’activité de la s.a. Forges de Clabecq (1888-1997) ainsi que de ces prédécesseurs en droit, et, de la s.a. Fours à Coke de Vilvorde (1912-1986). Elles comprennent également des documents produits par les sociétés faisant partie du groupe Clabecq.Le fonds contient aussi des archives relatives à des organismes dans lesquels la s.a. Forges de Clabecq était impliquée.

L'inventaire des archives a été réalisé dans le cadre d'une thèse de doctorat présentée à l'ULB en décembre 2013, intitulée Fer-fonte-acier. L'industrie sidérurgique en Brabant wallon. Histoire des Forges de Clabecq des origines à 1939.

L'inventaire

L'inventaire est en vente aux Archives de l'État à Louvain-la-Neuve, à la boutique des Archives générales du Royaume ou via publicat@arch.be. Il est également téléchargeable gratuitement.

JACQUEMIN Madeleine, Inventaire des archives de la S.A. Forges de Clabecq 1752-2001, série Inventaires Archives de l'État à Louvain-la-Neuve n°27, publication n°5263, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2013, 384 pages, 15 €.

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement