Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Restauration et numérisation des cartes et plans : un travail de patience…

Texte petit  Texte normal  Texte grand
28/04/2016 - Restauration - Archives générales du Royaume

Ces dernières années, les Archives de l’État ont numérisé près de 57.000 cartes et plans et ce nombre augmente sans cesse. Quelque 41.000 exemplaires peuvent déjà être consultés sous forme numérique dans les salles de lecture. Les cartes et plans conservés aux Archives de l’État à Liège sont actuellement en cours de traitement. Cependant, avant de pouvoir être numérisées, certaines cartes doivent passer par l’atelier de restauration. Découvrez un cas concret....

Avant de pouvoir être numérisées, certaines cartes des Archives de l'État nécessitent d'être restaurées. C’est, par exemple, le cas de la carte de la terre libre de Bolland, conservée aux Archives de l’État à Liège (Cartes et plans, n°752). A l'origine, cette carte était doublée sur toile et souffrait de nombreuses déchirures. En outre, l’encre noire utilisée pour le cadre était sensible à l’eau, ce qui a conduit nos restaurateurs à un choix d’intervention particulièrement prudente.

Après avoir constaté son état, effectué les tests de réaction des encres et pris les photos du document, nos restaurateurs ont procédé au retrait de la toile pour gratter au scalpel les résidus de colle présents au verso du document. Après un léger dépoussiérage à la poudre de gomme, la carte a été placée en chambre d’humidification durant une journée puis maintenue sous poids pendant trois jours. Le résultat de cet aplanissement étant insuffisant, les restaurateurs ont eu recours à un type de restauration plus interventionniste. Ils procédèrent cette fois à une humidification par vaporisation et un aplanissement sur table aspirante. Cette technique a permis de supprimer tous les plis provoqués par les tensions entre la toile de doublage et le papier.

Lorsque le papier est devenu tout à fait sec, les restaurateurs ont pu réparer les déchirures et combler les lacunes. Au total, le document aura donc été immobilisé durant 16 à 17 jours. L’ensemble de ces opérations permet de nous rappeler, avec Jean de La Fontaine, les vertus de la patience et la singularité du travail de restauration dont on ne peut jamais prédire avec certitude quelle en sera la durée.

         

A consulter également

41.000 cartes et plans consultables au sein des salles de lecture numériques des Archives de l’État

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement