Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Saving the web : rapport de la journée d'étude sur l'archivage web

Texte petit  Texte normal  Texte grand
28/10/2019 - Archives générales du Royaume

Le 18 octobre 2019 a eu lieu, à KBR, le colloque « Saving the Web : the Promise of a Belgian Web Archive ». Il a été organisé par les chercheurs du projet de recherche PROMISE qui vise à développer une stratégie fédérale pour la conservation du web belge. L’archivage du web est très clairement un sujet qui suscite de l’intérêt, car l’événement a été fréquenté par 107 participants belges et étrangers. Le public était très varié : il y avait des personnes issues des secteurs archivistique ou bibliothécaire, des représentants de pouvoirs publics supranationaux, fédéraux, régionaux et locaux, d’établissements de recherche et d’universités, des généalogistes, etc.

 

Les directeurs de KBR et des Archives de l’Etat ont insisté sur la nécessité d’obtenir un financement structurel pour le développement et l’entretien d’archives du web au niveau fédéral, au sein de leurs établissements respectifs. Cet aspect a également été souligné dans le discours inaugural donné par le Prof. Niels Brügger: il faut éviter à tout prix que 25 autres années d’histoire du web belge ne se perdent. Sans archives nationales du web, il n’est pas possible de réaliser des analyses historiques (trans)nationales basées sur le web. Les meilleurs conditions à cet effet sont : avoir à disposition une seule archive du web national, réalisée sur base d’une stratégie d’archivage aussi exhaustive que possible, et pouvoir offrir de bonnes modalités d’accès. Ce dernier aspect renvoie à la possibilité d’extraction de données par ou pour les chercheurs, afin que ceux-ci puissent les utiliser sur leurs propres ordinateurs.    

Après cet exposé stimulant, les chercheurs ont donné un aperçu des résultats du projet PROMISE. Ils ont notamment présenté les bonnes pratiques de l’archivage du web, ainsi que les résultats d’analyses juridiques, la stratégie et les différents scénarios que les Archives de l’Etat et KBR ont élaborés, les spécifications techniques du processus d’archivage du web et les résultats d’une enquête relative aux besoins des utilisateurs d’archives du web.  

L’après-midi était consacrée à la question de l’accès, tant pour le grand public que pour la recherche. La table ronde a révélé que la législation sur le droit d’auteur entrave très fortement l’accès aux archives du web. Conformément à la loi, sans autorisation explicite des ayants droit, les archives du web peuvent uniquement être diffusées dans la salle de lecture, ce qui est évidemment un obstacle majeur. La nécessité d’exposer également, à côté des coûts, les nombreux avantages de l’archivage du web a également été soulignée. Sur base des données issues des archives du web, les Archives de l’Etat et KBR pourraient développer de nombreux services additionnels offrant une véritable plus-value à la société et à la recherche.

Lors de la séance consacrée à l’accès aux archives du web pour la recherche, Jesse de Vos a présenté le projet néerlandais Nationaal Register Webarchieven, une initiative qui pourrait servir d’exemple pour la Belgique. Dans sa présentation, la Prof. Valérie Schafer a engagé une réflexion sur l’histoire, l’objectif et le contenu de trente ans de Toile et elle a insisté sur l’importance des archives du web pour la recherche. Patricia Blanco a expliqué comment elle a utilisé, pendant son stage à KBR, des collections d’archives dans le cadre de son mémoire de master ‘Saving the Belgian web: web archiving practices, research opportunities and limitations’.

Pendant la séance de questions- réponses, le public a montré son intérêt pour un archivage du domaine .eu. Les archives du web au Portugal, Arquivo.pt, ont lancé un projet pilote pour archiver ce domaine de première importance et l’Office des publications de l’UE procède à l’archivage de tous les noms du domaine .europa.eu. L’agenda concret pour un développement ultérieur des archives du web belge a également été abordé. Il dépend largement du nouveau gouvernement, car de nouveaux fonds devront être dégagés pour développer le web belge. Les autres sujets qui ont été avancés sont la nécessité d’accorder une place centrale à l’utilisateur, en l’informant suffisamment et en l’associant au développement de l’archivage du web ; les avantages de l’utilisation du format de fichier WARC ; et les arguments qui pourraient être déterminants pour convaincre le niveau politique de la nécessité d’un archivage du web, et donc aussi la nécessité d’un financement structurel.   

Le colloque a été l’occasion d’un brassage d’idées entre des professionnels qui s’occupent de près ou de loin de l’archivage du web ou qui étudient des sites internet archivés. L’équipe du projet PROMISE entame les derniers mois du projet avec beaucoup de nouvelles inspirations.

Pour de plus amples informations, vous pouvez trouver les présentations sur la page web du projet.

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement