Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Un compte de l’abbaye de Messines du XVIe siècle à nouveau en Belgique après un siècle

Texte petit  Texte normal  Texte grand
10/09/2014 - Acquisitions - Archives de l'État à Bruges

Commune à facilités située à 8 km à l’ouest de Comines et 10 km au sud d’Ypres, Messines est notamment connue pour son ancienne abbaye bénédictine et pour les combats qui s’y sont déroulés durant la Première Guerre mondiale.

De nombreuses archives de l’abbaye de Messines, et d’autres institutions situées sur la ligne du front, ont disparu à l’époque. Les archives de l’abbaye ont sans doute déjà été éparpillées dès novembre 1914, après le pillage et l’incendie du bâtiment abbatial, qui abritait depuis 1776 l’Institution royale de Messines.

Cent ans après le début de la Grande Guerre, un compte de l’abbaye et de la seigneurie de Messines, daté des années 1557-1558, refait surface. Ce compte avait probablement été emporté par un militaire allemand au cours du conflit. Les Allemands ont, en effet, occupé la crête de Messines de 1914 jusqu’à la fameuse « guerre des mines », en juin 1917. De nombreuses années plus tard, le compte est tombé en possession d’un commerçant de Quesnoy-sur-Deûle (dans le nord de la France), qui se rendait souvent en Allemagne pour affaires. Après le décès de ce commerçant, les démarches du curé de Quesnoy-sur-Deûle ont permis de procéder à la restitution du document. Après un long détour par l’Allemagne et la France, ce compte vient ainsi d’être remis durant l’été 2014 aux Archives de l’État à Bruges.

Le compte de l’abbaye de Messines couvre la période allant de la Noël 1557 jusqu’à la Noël de l’année 1558. Il est composé de 44 folios reliés en parchemin. Le compte mentionne les recettes et dépenses (rentes héritières, dettes de terre, baux, dîmes, etc.) du couvent et de ses dépendances, à Messines et dans les villages environnants de Warneton, Comines, Deûlémont, etc. De nombreuses personnes y sont citées.

Ces 90 dernières années, des archives de l’abbaye ont refait surface à diverses reprises. Ils ont principalement été retrouvés en Allemagne, mais également à Strasbourg ou encore auprès d’une maison de vente aux enchères en Californie. Cependant, les documents restitués, et actuellement conservés aux Archives de l’État à Bruges, ne représentent qu’un dixième des archives qui se trouvaient à Messines en 1914. Des 693 chartes qu’Isidore Diegerick a décrites en 1876, seul 104 documents sont rentrés aux Archives de l’État.

De nombreuses archives de l’abbaye de Notre-Dame à Messines ont irrémédiablement été perdues dans l’incendie de 1914 et durant la dispersion qui s’en est suivie. D’autres chartes, comptes, livres des rentes, dossiers de procès, etc., se trouvent sans doute toujours aux mains de particuliers en Allemagne ou ailleurs. Les Archives de l’État continuent toutefois à œuvrer pour une restitution maximale !
 

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement