Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

De la guerre à la paix : Bruxelles, 1918

Texte petit  Texte normal  Texte grand

Contenu

Au  cours  des  prochains  mois,  le  CegeSoma  mènera  des  recherches  sur  la période  difficile des  derniers  mois  de  guerre.  Comment  la  capitale  vécut-elle  les  derniers  mois  de  l'occupation allemande, le contexte difficile d'une libération à tout le moins singulière, et la mise en œuvre de réformes politiques qui ont durablement façonné la démocratie belge; le tout dans un contexte où le deuil et la joie coexistent et marquent la vie des habitants.

Ces recherches portent sur les épisodes clés de la fin de la Première Guerre mondiale ; la transition de la guerre à la paix. Ces quelques mois ont été le théâtre de multiples événements tels l'arrivée de milliers d'évacués des zones de conflits, la mise en place d'un conseil révolutionnaire de soldats allemands, la traque des suspects et autres profiteurs de guerre, la restauration de l'ordre public, le rétablissement de la liberté de la presse et l'accueil triomphal du bourgmestre Adolphe Max suivi de celui du Roi Albert.

Focus sur l'une des pages les plus difficiles de l'histoire de l'occupation
Jusqu'à présent, la présence de milliers de réfugiés, les évacués (hommes, femmes et enfants), à Bruxelles au cours des mois d'octobre et de novembre 1918, n'a guère retenu l'attention. Ces réfugiés venaient en majorité des régions frontalières du Nord de la France (Valenciennes, Cambrai, Douai, etc.) et avaient été évacués par l'armée allemande suite à la menace d'une offensive alliée imminente. Des observateurs qualifient la longue marche de ces citoyens français à travers la Belgique –  dans les circonstances les plus chaotiques -, comme un des épisodes les plus sombres de l'histoire de l'occupation. Arrivés dans la capitale (ou ailleurs), la situation ne s'améliore guère. Rien n'est prévu pour les accueillir. Les villes connaissent une situation matérielle très dégradée. Qui plus est, ils sont également perçu comme une menace pour l'ordre social.
Mais il ne s'agit là que d'un aspect de ce projet….

Exposition au Musée BELvue en 2018
Le résultat de ces recherches se traduira sous la forme d'une exposition à l'attention d'un large public. Elle se tiendra dans le cadre prestigieux du Musée BELvue à l'automne 2018. Parmi les autres thèmes abordés, épinglons le contexte singulier de la libération de Bruxelles par les soldats alliés, le retour triomphal du roi le 22 novembre 1918 et le discours capital qu'il prononça ce jour-là au Parlement. Est-ce ce jour-là que la Belgique dit adieu au 19e siècle ? Nous nous intéresserons également au rôle des pouvoirs locaux : comment ont-ils géré les questions sanitaires et qu'en est-il de l'impact de la grippe espagnole ? Que s'est-il passé à Bruxelles dans les derniers jours de guerre et comment les événements qui se sont déroulés en Allemagne ont-ils marqué la destinée de la capitale belge. La fin de la guerre est synonyme de joie et de tristesse ; il y a les morts auxquels on rend hommage ; il a l'euphorie d'une libération tant attendue. C'est aussi le retour des prisonniers belges et des réfugiés partis depuis bientôt quatre ans. C'est une situation matérielle qui reste difficile et un épineux problème de logement.

Bref, autant de thèmes qui seront au cœur de cette exposition qui s'inscrit dans le cadre des commémorations de 2018.

Partenaires

Le projet de recherche est mené par Jens van de Maele sous la direction de Chantal Kesteloot.

Actualités

Il n'y a aucune actualité pour ce projet.
Partager cette page :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement