Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Lecteur du mois

Texte petit  Texte normal  Texte grand

Dans le cadre de sa thèse de doctorat, Laura Nys analyse le rôle des émotions des jeunes dans les maisons de redressement entre 1890 et 1965. Pour ses recherches, elle fréquente régulièrement la salle de lecture des Archives de l’État à Gand. Elle y consulte essentiellement de la correspondance privée, les lettres étant des sources particulièrement intimes, qui regorgent d’informations sur leurs auteurs.
Laura Nys a étudié l’histoire à l’université de Gand. En 2015, elle a travaillé comme collaboratrice scientifique d’un projet de recherche sur les Maisons du Peuple en Europe. Elle a entamé sa thèse de doctorat en octobre de la même année.

Pourquoi êtes-vous aujourd’hui dans une salle de lecture des Archives de l’État ?

Dans le cadre de mon doctorat, je mène notamment des études sur le quartier disciplinaire à Gand, où étaient internés à la fin du XIXe siècle des garçons dits incorrigibles. Les archives à ce sujet sont conservées au dépôt des Archives de l’État à Gand.

Quel document/fonds d’archives avez-vous consulté aujourd’hui dans la salle de lecture des Archives de l’État ?

J’ai consulté plusieurs dossiers personnels. Pour chaque jeune qui entrait dans un établissement pénitentiaire ou de rééducation, un dossier était constitué pour rassembler des informations sur son passé juridique, sa situation familiale, son milieu social, ses examens médicaux, les évaluations intermédiaires de son comportement, etc. Dans le dossier de Pierre-Joseph S. par exemple, on peut lire qu’il a été interné au quartier disciplinaire de Gand après avoir été condamné à plusieurs reprises pour vol et après un premier séjour dans un établissement à Saint-Hubert. Lors de son arrivée, il fut soumis à un bref examen. L’enseignant a jugé qu’il était capable de « lire, écrire & calculer imparfaitement » tandis que le médecin constata qu’il était en bonne santé, avec un poids de 55 kg et une « intelligence ordinaire ». J’ai également consulté le registre disciplinaire mentionnant les infractions que les jeunes commettaient contre le règlement pénitentiaire. Pierre-Joseph fut par exemple puni pour avoir chanté dans sa cellule.

Les dossiers personnels contiennent parfois de la correspondance, par exemple entre le directeur et les instances judiciaires, ou des lettres que les parents adressaient au directeur ou aux jeunes. Après sa libération, Pierre-Joseph a écrit une lettre au directeur et aux gardiens pour les remercier pour la « bonté avec laquelle ils l’avaient traité ».

Quels sont d’après vous les points forts et les points faibles des Archives de l’État ?

J’apprécie que l’on puisse consulter immédiatement du matériel réservé le jour même. J’ai appris qu’à l’étranger, ce n’est pas du tout évident et qu’il faut réserver les documents longtemps à l’avance, voire payer pour la consultation de sources dont vous n’êtes pas encore certain qu’elles feront avancer vos recherches. À cet égard, les Archives de l’État en Belgique sont très accessibles.

Ce qui fait à mon avis défaut, ce sont des directives sur la façon dont l’utilisateur doit manipuler les archives très fragiles. Le « bon sens » dit bien sûr qu’il va de soi que les sources doivent être maniées avec respect et prudence, mais j’ai quand même toujours peur de les endommager à mon insu. Une notice avec les choses « à faire et à ne pas faire », destinées aux personnes visitant pour la première fois un dépôt des Archives de l’État, pourrait être utile en tant que complément du règlement de la salle de lecture.

Quels conseil(s) de recherche donneriez-vous aux autres lecteurs des Archives de l’État ?

Voilà une question difficile… Tout un chacun a ses propres motivations et sa propre méthode de travail lors d’une visite aux archives. Parfois, je feuillète des documents sans but précis. Cette lecture vague peut donner des inspirations et permet de faire des découvertes insoupçonnées. J’avoue que ce chemin est parfois aussi sans issue et que je rentre à la maison avec le sentiment de ne pas avoir employé mon temps utilement. Mais ça fait également partie de l’expérience de la recherche, n’est-ce pas ?  

Quel est le document le plus intéressant / le plus beau que vous ayez jamais découvert aux Archives de l’État ?

Voilà un choix impossible ! Il y a des moments où je dois dépouiller des archives plutôt rébarbatives, mais souvent la lecture des documents me procure un réel plaisir, lorsque je feuillete les pages qui crissent, que j'ai en mains un document très ancien, et me rends compte que ces mêmes lettres ont été manipulées il y a tant d’années par une autre personne. À noter que je travaille sur du matériel encore relativement récent et que ces sensations seront donc bien plus intenses chez les personnes menant des recherches sur des périodes plus anciennes.  

Les documents les plus intéressants sont les lettres, parce qu’elles ont un caractère très personnel. L’écriture peut en dire long sur son auteur. Dans les dossiers des jeunes détenus, de nombreuses lettres ont été envoyées par des familles pauvres, peu instruites, comme en témoignent les tâches d’encre et l’écriture incertaine. Pour accentuer un sentiment, l’auteur soulignait des mots tandis que les rayures témoignent de distractions lors de la rédaction.

Une grande partie de ma thèse de Master est basée sur des notes clandestines que les jeunes essayaient de s’échanger. Parfois, ces notes étaient interceptées et jointes au dossier personnel de l’intéressé. La première fois que j’ai trouvé une telle note était pour moi un moment magique : parmi de nombreux documents juridiques et institutionnels, j’ai trouvé des rognures chiffonnées de papier que j’ai ouvertes prudemment. Un vrai rêve de pouvoir travailler sur des sources tellement privées ! Les lettres sont là pour me rappeler que je ne fais pas des recherches sur dossiers numérotés, mais sur des personnes. L’idée est peut-être un peu romantique, mais elle m’aide à faire mon travail avec plaisir.

Pour en savoir plus

Partager cette page :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement