Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Archives de l'État à Gand

Texte petit  Texte normal  Texte grand

Contact :

Bagattenstraat 43
9000 Gand
  Comment s'y rendre ?

T : +32 (0)9 265 76 70
F : +32 (0)9 265 76 79
rijksarchief.gent@arch.be

Heures d'ouverture :

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30.

En juillet et en août : fermé entre 12h et 13h.

Fermé les lundis, samedis et dimanches, jours fériés et jours de récolement.

  Consultez ici la liste complète des jours de fermeture

Horaire d'été

En juillet et en août, les salles de lecture des Archives de l’État restent ouvertes ! Elles seront néanmoins fermées entre 12h et 13h, excepté au CegeSoma. La salle de lecture du CegeSoma sera fermée chaque vendredi. La salle de lecture des Archives générales du Royaume, à Bruxelles, ouvrira à 9h au lieu de 8h30, du mardi au vendredi. L’horaire normal sera rétabli partout dès le 1er septembre 2017.

09/06/2017 - Gestion d'archives

Fin mars 2017, une modification de la loi organique des services de renseignement et de sécurité a été approuvée. Le nouveau texte législatif comprend plusieurs dispositions relatives aux archives de ces services et prévoit notamment une extension du délai dans lequel la Sûreté de l’État doit transférer ses archives aux Archives de l’État, ce que celles-ci regrettent. D'un point de vue archivistique, ce dossier a néanmoins quelques aspects positifs.

01/06/2017 - Inventoriage - Publications - Gand

Les Archives de l’État à Gand ont inventorié et ouvert à la recherche trois fonds d’archives du XIXe siècle relatifs aux entités de Dikkelvenne, Gavere et Vurste qui ont intégré, lors de la fusion en 1977, la commune de Gavere.

22/05/2017 - Numérisation - Gand
Près de 100.000 pages de registres paroissiaux de Gand mis en ligne !

Quelque 358 registres de baptêmes, mariages et décès des différentes paroisses de Gand, soit of 49.964 images numériques ou 99.928 pages, ont été numérisés ces derniers mois et sont désormais consultables via le moteur de recherche des Archives de l’État ! La recherche des registres paroissiaux manquants de Flandre Occidentale se poursuit, de même que la numérisation. Dans les prochains mois, vous pourrez découvrir en ligne les registres paroissiaux de Menin, Izegem, Meulebeke, etc.

16/05/2017 - Numérisation

Depuis ce 16 mai 2017, quelques 85.000 images numériques du cadastre (1800-1844), couvrant la totalité du territoire belge, sont consultables en ligne. La mise en ligne s'est déroulée en présence du Ministre des Finances et de la Secrétaire d'État à la Politique scientifique. Le premier cadastre, ou cadastre primitif, a été entériné en 1834, à l’exception de celui des provinces du Limbourg et du Luxembourg.

04/05/2017 - Divers

En 2017, six nouveaux projets de recherche, dans lesquels les Archives de l'État s'insèrent, ont été sélectionnés par le SPP Politique scientifique fédérale, dans le cadre du programme BRAIN. Une bonne nouvelle en cette période de restriction budgétaire. La participation aux projets BRAIN est en effet l'une des rares possibilités pour les Archives de l'État d'obtenir des fonds supplémentaires pour le développement de ses activités scientifiques. Découvrez les six nouveaux projets approuvés.

14/04/2017 - Inventoriage - Publications - Gand

Les Archives de l’État à Gand ont inventorié les archives d’Ancien Régime de la seigneurie de Waterdijk. Cette seigneurie était située dans la zone frontalière belgo-hollandaise et a connu au cours de son histoire différentes délimitations, comme on peut le déduire du fonds d’archives.

07/02/2017 - Acquisitions - Gand

Le 20 janvier 2017, la commune d’Assenede a remis aux Archives de l’État à Gand une charte de 1612, qui a été à l’origine du polder et de la seigneurie de Saint-Albert (à la frontière belgo-hollandaise).

Depuis 2015, les dossiers relatifs aux dommages de guerre aux biens privés de la Seconde Guerre mondiale sont conservés aux Archives de l’État. Pour en améliorer l’accessibilité, les fiches qui ouvrent ces dossiers à la recherche ont été numérisées. Celles relatives aux dommages aux entreprises et aux associations sont dès à présent consultables en ligne.

Depuis ce 1er janvier 2017, de nouveaux horaires sont d’application dans les salles de lecture des Archives de l’État, sur base d’une approche différenciée en fonction des dépôts. Cette décision est due à un rétrécissement des budgets, à la baisse des effectifs et à des divergences entre certains besoins régionaux ou locaux. La réduction des horaires d’ouverture n’entraînera pas pour autant une diminution du service public. Les jours de la semaine où la salle de lecture est fermée les Archives de l’État restent à disposition (par téléphone ou e-mail) pour faire des recherches ou répondre à des questions et l’établissement continuera bien entendu à ouvrir les archives à la recherche, à les numériser, à organiser des événements, à alimenter le moteur de recherche http://search.arch.be, etc. Les visiteurs des salles de lecture qui n’auraient plus la possibilité de mener leurs recherches suite aux nouveaux horaires sont invités à prendre contact avec le chef de service du dépôt concerné.

21/12/2016 - Gestion d'archives

Ce 21 décembre 2016, un arrêté ministériel relatif aux locaux d'archives a été publié au Moniteur belge. Cet arrêté détaille les prescriptions techniques et normes auxquelles doivent satisfaire les locaux d’archives de certains services et établissements publics. Pour les Archives de l’État, la publication de cet arrêté ministériel marque un nouveau pas important vers un cadre réglementaire clair ayant pour objectif de stimuler les services publics à mener une politique archivistique rationnelle, visant à garantir une conservation durable des informations sociétales pertinentes.

Combien de temps devons-nous conserver ces documents ? Voici la question la plus fréquemment posée aux archivistes et aux gestionnaires d'informations. La réponse varie en fonction des critères administratifs, juridiques, historiques et scientifiques qui sont rassemblés dans un tableau de tri des archives. Depuis peu, les villes et communes flamandes peuvent disposer d’une nouvelle version du tableau de tri concernant leurs archives.

25/11/2016 - Numérisation

En 1934, le gouvernement des Pays-Bas a transmis à notre pays quelques centaines de cartes et plans, essentiellement des plans de fortifications de villes ayant fait partie des Pays-Bas méridionaux. Outre depuis les ordinateurs de nos salles de lecture, ces cartes sont désormais consultables en ligne via le site Cartesius !

24/10/2016 - Acquisitions - Gand

Le 24 août 2016, les Archives de l’État à Gand ont reçu un don inhabituel : 52 boîtes contenant des livres, datant du XVIe au XXIe siècle, provenant de la bibliothèque de l’abbaye Roosenberg, à Waasmunster. Les archivistes des Archives de l'État y ont notamment découvert un registre du XIXe siècle, mentionnant les prises d'habit et professions des novices.

Avis aux visiteurs et partenaires des Archives de l'État

Les Archives de l'État sont conscientes du rôle essentiel qu'elles jouent en matière d'accès à l'information et aux documents d'archives. Depuis de nombreuses années, elles s'efforcent d'offrir un service de qualité à tous leurs usagers. Dans les prochains mois, les Archives de l’État seront toutefois contraintes d'adapter leur service au public suite à la réduction des budgets et de ses effectifs, mais aussi à l'évolution des besoins du public. Cette réorganisation sera préparée dans les prochaines semaines. Si plusieurs orientations restent encore ouvertes, il est néanmoins certain qu'elle aura un impact sur les horaires d’ouverture des salles de lecture. Nous vous informerons des décisions prises à ce sujet dès que possible.

04/10/2016 - Divers

Vous êtes-vous déjà demandé quelle est l'historique de votre maison ou de tout autre patrimoine immobilier privé ? Depuis septembre 2016, un nouvel ouvrage vous permet de découvrir les pistes à suivre parmi les nombreuses sources existantes, notamment aux Archives de l'État.

20/09/2016 - Inventoriage - Publications - Gand

En 2014, les archives de la fabrique d’église et paroisse de Denderleeuw ont été transférées aux Archives de l’État à Gand. Ces archives sont désormais inventoriées. Riches en contenu, elles constituent une acquisition unique d’archives locales de l’Ancien Régime.

07/07/2016 - Numérisation - Divers
Découvrez en vidéo comment utiliser nos moteurs de recherche

Vous souhaitez des trucs et astuces pour retrouver plus facilement certaines archives ou des traces de vos ancêtres sur le site internet http://search.arch.be des Archives de l’État ? Découvrez dans notre vidéo comment vous inscrire et comment exploiter au mieux toutes les fonctionnalités de nos moteurs de recherche ! Ce 1er octobre 2016, les Archives de l'État organisent, par ailleurs, un atelier concernant les moteurs de recherche. Participation gratuite ! Infos et inscriptions avant ce 23 septembre 2016.

 Découvrir la vidéo

06/07/2016
Les archives pénitentiaires prêtes à livrer leurs secrets

Le dernier numéro de la revue Science Connection vient de paraître. Vous pourrez y lire en page 4 un article sur les archives de prison consultables aux Archives de l'État et découvrir l'actualité des 10 établissements scientifiques fédéraux. Les inventaires des archives des prisons de Charleroi, Mons, Verviers, Huy, Dinant, etc., sont notamment en vente à la boutique des Archives générales du Royaume.

 Télécharger gratuitement la revue

26/05/2016 - Publications - Gand

Les livres terriers figurent parmi les archives les plus consultées aux Archives de l’État à Gand. Vu l’intérêt du public (historiens locaux, étudiants en histoire, chercheurs, etc.), les Archives de l’État et la province de Flandre-Orientale ont décidé de restaurer et valoriser ces documents. Dans la foulée, un répertoire et un guide de recherche ont été publiés et présentés officiellement le 24 mai dernier à Gand.

20/05/2016 - Numérisation

Ces dernières années, les Archives de l'État ont numérisé et mis en ligne plus de 27.000 registres paroissiaux ! Bonne nouvelle : depuis ce 19 mai 2016, 1.472 registres paroissiaux ont été ajoutés sur notre site internet, soit environ 500.000 pages ! Parmi les principaux ajouts figurent les registres paroissiaux de Bruges (803 registres numérisés), Malines (211 registres numérisés) et Ath (88 registres numérisés). Découvrez la liste complète !

11/04/2016 - Numérisation

Les Archives générales du Royaume conservent 717 registres de statistiques démographiques sur la population belge entre les années 1841 et 1976. Au sein de ces registres, quelque 23.000 tableaux manuscrits contiennent des données démographiques détaillés de chaque commune belge. Source unique en Europe, ces registres ont été numérisés et sont dorénavant consultables en ligne ! Vous pouvez y découvrir le nombre de cas de choléra en 1890, le nombre de jumeaux nés en 1920,  l'âge des personnes mariées dans votre commune en 1936, étudier l’évolution de la migration vers le Canada dans les années 1930, etc.

04/04/2016 - Divers - Gand
Décès de Willy Stevens

C'est avec tristesse que nous avons appris le décès de Willy Stevens, victime d'un malaise cardiaque ce dimanche 3 avril lors de son jogging. Véritable passionné d'archives, Willy Stevens fréquentait depuis de nombreuses années nos salles de lecture des Archives de l'État à Gand et des Archives générales du Royaume. En février dernier, il avait découvert un testament inconnu de la mère du peintre Rubens aux Archives de l'État à Gand.
Les Archives de l'État présentent à sa famille et à ses amis leurs sincères condoléances.

17/03/2016 - Divers - Gand - Anvers-Beveren

Un testament de Maria Pypelinckx, qui n’est autre que la mère du peintre Pierre Paul Rubens, a été découvert, début février 2016, aux Archives de l’État à Gand ! La découverte a été faite par hasard par Willy Stevens, un passionné d’archives âgé de 73 ans ! Le testament a été analysé par le Rubenianum, centre d'étude de la ville d’Anvers.

25/02/2016 - Divers - Gand
Prix d'histoire de la Flandre-Orientale à Joke Verfaillie

Le prix d'histoire de la Flandre-Orientale vient d'être décerné pour l'année 2015 à Joke Verfaillie, archiviste aux Archives de l’État à Gand, pour son étude Au coeur de la Cour : een analyse van de organisatie en het personeel van de griffie van de Raad van Vlaanderen (1386-1795). Cette étude traite de la composition et du fonctionnement du greffe du Conseil de Flandre, le conseil judiciaire suprême du comté de Flandre. Fruit d’un travail minutieux, l’étude de Joke Verfaillie est un ouvrage de référence qui sera certainement apprécié par de nombreux historiens et chercheurs en histoire locale. Le prix a été remis lors d’une cérémonie officielle ce 23 février 2016 à Gand.

25/02/2016 - Publications

Publié par les Archives générales du Royaume, ce dictionnaire mentionne quelques 3.600 paroisses et chapelles desservies par un prêtre en Belgique, au Grand-Duché de Luxembourg, aux Pays-Bas et en Allemagne à la fin de l’Ancien Régime.

Ce jeudi 18 février 2016, une thèse de doctorat a pour la première fois été soutenue publiquement aux Archives de l’État ! Annelies Somers, qui a travaillé pendant 5 ans aux Archives de l’État, a réalisé une étude comparative de deux institutions ecclésiastiques gantoises au Moyen Age : l’église Saint-Nicolas et le chapitre de Sainte Pharaïlde. La défense publique de la thèse de doctorat a eu lieu aux Archives de l’État à Gand.

En 2009, les Archives de l’État avaient validé un tableau de tri des archives des CPAS flamands. Ce tableau de tri a été élaboré en collaboration avec un groupe de travail de l’association flamande des bibliothèques, archives et centres de documentation qui se réunit régulièrement depuis 2004. La nouvelle version de ce tableau de tri, finalisée en septembre 2015, vient d’être mise en ligne pour consultation. Au printemps 2016, les dépôts des Archives de l’État en Flandre inviteront les responsables des CPAS à une séance d’information concernant de ce tableau.

03/12/2015 - Numérisation
Mise à jour des registres de l'état civil : un million de pages ajoutées !

Un million de pages viennent d’être ajoutées sur notre site http://search.arch.be. Des registres de l'état civil de toutes les provinces ont été mis en ligne, notamment des communes suivantes :
- Région de Bruxelles-Capitale : Bruxelles, Etterbeek, Schaerbeek, Watermael-Boisfort, etc.
- Wallonie : Ath, Froidmont, Neufvilles, Tubize, Liège, Cheratte, Ramelot, Namur, Landenne, Izier, etc.
- Flandre : Mechelen, Boutersem, Erembodegem, Hamme, Kemmel, Lochristi, Moelingen,Tollembe...ek, Waregem, Zelzate, etc.
Les erreurs signalées dans les fichiers ont été rectifiées. Quelques registres des années 1914 et 1915 ont été ajoutés. Bonnes recherches !

Soulagement aux Archives générales du Royaume 2-dépôt Joseph Cuvelier : lancée en 2012, la seconde phase du déménagement des dossiers des dommages causés aux biens privés durant la Seconde Guerre mondiale est clôturée. Le déménagement des documents avait été interrompu mi-2009, à défaut de moyens suffisants du pouvoir public concerné. L’élimination de précieux dossiers a été évitée.

Les archives du Comité provincial du Secours d’Hiver de Flandre Orientale sont désormais ouvertes à la recherche. Les archives des Comités provinciaux et locaux de Liège et Namur sont, quant à elles, acccessibles au public depuis 2014 ; celles du Comité provincial d'Anvers depuis 2013. Durant la Seconde Guerre mondiale, le Secours d’Hiver avait pour objectif de venir aux plus démunis.

06/08/2015 - Publications

À l’histoire familiale succède fréquemment la généalogie immobilière. Ce domaine de recherche en vogue est pratiqué par les historiens du bâti, mais également par des amoureux de leur maison. Malgré les nombreuses sources en la matière présentes aux Archives de l’État, l’exercice requiert de la patience. Découvrez les pistes à suivre...

22/07/2015 - Numérisation

Les Archives de l'État conservent d'importantes collections de cartes et plans. Plus de 112.000 cartes et plans ont déjà été numérisés et plus de 77.500 d'entre eux sont consultables au sein des différentes salles numériques des Archives de l'État. Certains plans numérisés ont plus de 500 ans !

09/06/2015 - Inventoriage - Acquisitions

Près de 9 km d’archives du SPF Finances ont déjà été transférés vers les dépôts des Archives de l'État  ou éliminés dans le cadre du projet SATURN. Les premiers inventaires, dont quelques instruments de recherche relatifs aux bureaux des hypothèques, viennent d’être publiés. Découvrez sans tarder les archives hypothécaires ainsi que quelques conseils pour les consulter.

A la recherche d'un lieu pour votre blocus ?

Chaque mois de juin, ce sont les examens ! Vous êtes à la recherche d’un endroit calme pour étudier ? Rendez-vous dans l’une de nos salles de lecture à Bruxelles (rue de Ruysbroeck 2 et Quai Demets 7), Louvain-la-Neuve, Liège, Namur, Mons,  Arlon, Saint-Hubert ou en Flandre ! Pour 10 €/an, bénéficiez de tout le confort nécessaire et surtout d’une atmosphère studieuse, entouré(e) de chercheurs et généalogistes !

SATURN et MONETA : deux projets relatifs aux archives du SPF Finances

Le SPF Finances a déjà transféré vers les dépôts des Archives de l’État ou éliminé près de 9 km d'archives dans le cadre du projet SATURN. Les premiers inventaires, dont quelques instruments de recherche relatifs aux bureaux des hypothèques, viennent d’être publiés. Découvrez sans tarder les archives hypothécaires ainsi que quelques conseils pour les consulter. Un projet baptisé MONETA vient, par ailleurs, d’être lancé en avril 2015 afin d’offrir un aperçu général des archives des services centraux du SPF Finances.

Le développement croissant des services numériques des établissements d’archives a amené la communauté archivistique européenne à réunir les expériences et les expertises autour d’un projet pionnier : la mise sur pied d’un portail commun pour les archives. Les Archives de l’État participent à ce projet APEx et coordonnent par ailleurs les contributions belges en invitant les autres établissements belges d’archives à y participer.

Les Archives de l’État ont définitivement quitté le château de Gérard le Diable pour s'installer dans un tout nouveau bâtiment situé à la Bagattenstraat à Gand. L'inauguration officielle a eu lieu ce mercredi 22 avril 2015. La nouvelle salle de lecture des Archives de l’État à Gand est ouverte au public depuis ce mardi 5 mai 2015.

Ces dernières années, les Archives de l’État acquièrent de plus en plus d’archives paroissiales. Bien que ces acquisitions présentent des différences régionales considérables en volume et en fréquence, le phénomène se vérifie dans toute la Belgique. En concertation avec les diocèses et avec l’aide de nombreux bénévoles, les Archives de l’État cherchent des solutions de conservation à long terme. Le cas de l’évêché de Gand constitue un bel exemple.

Microfilms et bibliothèque de Flandre-Orientale transférés aux Archives de l'État à Gand

Depuis ce 14 avril 2015, les microfilms et la bibliothèque généalogiques concernant la Flandre-Orientale (issus de l'ancien dépôt des Archives de l'État à Renaix) ne sont plus consultables aux Archives de l'État à Courtrai. Ceux-ci sont consultables au sein du nouveau dépôt des Archives de l'État à Gand. Les registres paroissiaux et registres de l'Etat civil restent consultables sous forme numérique dans toutes les salles de lecture.

19/02/2015 - Divers
Dossiers de procès et bibliographie de l'Histoire de Belgique

Les Archives de l’État conservent plusieurs centaines de mètres linéaires de dossiers de procès. Véritable mine d’informations, ces archives sont utiles tant en recherche qu'en généalogie ! Pour en savoir plus, découvrez notre article publié en pages 28-30 du magazine Science Connection. A lire également, l’article publié en pages 20-24 sur la bibliographie de l’Histoire de Belgique rédigée par les Archives de l’État.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux biens privés ont subi des dommages, ce qui a donné lieu à des indemnisations. Les Archives générales du Royaume 2 - dépôt Joseph Cuvelier conservent aujourd'hui environ 1 million de dossiers introduits, à l'époque, par les victimes de dommages mobiliers et immobiliers. Téléchargeables au format pdf, les inventaires des archives relatives à la série centrale de la province de Hainaut et à la série provinciale de la Province de Liège sont disponibles en version papier depuis début janvier 2015.

05/12/2014 - Événements - Divers - Gand

En 2012, le grand livre de Saint Nicolas a été découvert dans un fonds aux Archives de l’État à Gand. En 2014, un dessin représentant celui-ci a été trouvé au sein du même dépôt...

Chaque année, les Archives de l’État prêtent un certain nombre de documents pour des expositions organisées tant en Belgique qu’à l’étranger. Ce fut encore le cas en 2014 pour des documents issus des fonds des Archives de l’État à Gand, Louvain et Anvers. L’occasion d’attirer l’attention sur cette activité peu connue de notre établissement.

Les Archives de l’État à Gand conservent les archives du Conseil de Flandre, tribunal suprême du Comté de Flandre (1386-1795). Au milieu du XXe siècle, l’archiviste Jan Buntinx a travaillé pendant plus de trente ans à l’inventoriage de ce fonds volumineux. Son inventaire en neuf volumes est à présent disponible sur notre site internet. Dans la foulée, un guide de l'utilisateur a été rédigé.

Le tri des archives représente pour les villes et communes une mission très exigente. Les tableaux de tri des archives des communes flamandes, rédigés dans les années 1980-1990, étaient sujets à révision suite à de nombreuses (r)évolutions légales, organisationnelles et technologiques. Un groupe de travail de la VVBAD (association flamande pour les bibliothèques, les archives et la documentation) s'en est occupé et le 11 juillet 2014, l'archiviste général du Royaume a validé la nouvelle version du tableau de tri des archives des communes flamandes.

Depuis peu, l'inventaire des archives du Conseil de Flandre (1386-1795), tribunal suprême du comté de Flandre, peut être intégralement consulté en ligne. Les Archives de l'État à Gand ont également rédigé un guide destiné à faciliter les recherches dans ce fonds d'archives extrêmement volumineux.

27/03/2014 - Acquisitions - Gand

En mars 2014, une charte datant de 1291 a été découverte aux Pays-Bas. Le diplôme sur parchemin traite de l’autorisation papale de fonder le couvent des Clarisses de Beaulieu à Petegem.

04/03/2014 - Divers

En janvier 2014, les modalités de consultation des registres de la population et registres des étrangers ont été modifiées. Découvrez les diverses modifications.

Le dépôt des Archives de l’État à Gand aujourd'hui

En 2015, les Archives de l'État à Gand ont ouvert les portes de leur nouveau dépôt situé à la Bagattenstraat. D'une superficie de 10.777 m2, le nouveau dépôt peut accueillir jusqu'à 40 kilomètres d'archives.

Y sont conservées les 7 km d'archives autrefois hébergées au sein du château de Gérard le diable. Quelque 19 km d'archives conservées jusqu'en 2015s aux Archives de l’État à Beveren ont également été transférés aux Archives de l’État à Gand : les archives des cours et tribunaux, des bureaux des hypothèques et de l’enregistrement, des établissements pénitentiaires, du secours d’Hiver et de l’administration provinciale de Flandre-Orientale. Les archives et la bibliothèque du dépôt désaffecté des Archives de l’État à Renaix ont également été transférées à Gand.

Suite à la réduction des délais de conservation des archives de 100 à 30 ans, le nouveau dépôt des Archives de l’État à Gand pourra accueillir les 25 prochaines années tous les futurs transferts des administrations ainsi que d’autres acquisitions (exemple : archives personnelles et de familles).

La salle de lecture peut accueillir jusqu’à 124 visiteurs. Les Archives de l’État à Gand collaboreront également avec l’université de Gand en accueillant notamment des séminaires et des ateliers qui permettront aux étudiants d’analyser directement les sources.

Une salle multifonctionnelle (d’une capacité de 50 places) sert, par ailleurs, à l’organisation de colloques et de séances d’information pour divers groupes-cibles (étudiants, associations d’histoire (locale) ou de généalogistes, etc.). Cette salle est, le cas échéant, transformée en salle d’exposition.

Que ce soit avec d’autres établissements d’archives (tels AMSAB, les archives universitaires et les Archives libérales), ou le département d’Histoire, le nouveau bâtiment des Archives de l’État à Gand est par excellence un lieu d’étude et de recherche qui permet le développement de nouvelles synergies.

Les Archives de l’État dans le château de Gérard le Diable

De 1904 à fin 2014, le château de Gérard le Diable, à l’exception de la crypte, était occupé par les Archives de l’État à Gand. Situé le long de l’Escaut, le bâtiment date du XIIIe siècle et porte le nom de son premier propriétaire : Gérard de Gand, un chevalier surnommé le diable.
L’État belge a acquis une première partie de ce château en 1873, pour y installer les Archives de l’État. S’y trouvait auparavant un orphelinat. En 1891, l’État belge acquiert le donjon, dans lequel se trouvait le service des sapeurs-pompiers. En 1904, une aile administrative en style néogothique est construite pour accueillir les services des Archives de l’État. Restauré au XIXe siècle, le château a abrité les Archives de l'État à partir dedepuis 1904. 

Dans les années 1960 déjà, et suite notamment à l’application de la loi sur les archives de 1955, le château de Gérard de Diable devient rapidement trop exigu face à l’afflux d’archives de Flandre Orientale. En conséquence, deux nouveaux dépôts ont été créés : celui des Archives de l’État à Renaix (fermé en 2009), pour la conservation des archives de l’arrondissement judiciaire d’Audenarde, et celui de Beveren, pour la conservation des archives de l’arrondissement judiciaire de Termonde et pour les archives contemporaines des cours, des tribunaux et des autres services extérieurs des Services publics fédéraux de l’arrondissement de Gand.

Rapidement, la salle de lecture n’est plus en mesure d’accueillir le flux croissant de visiteurs. Cette affluence accrue s’explique notamment par la hausse du nombre d’étudiants en histoire à l’université de Gand et par l’intérêt croissant pour des recherches en généalogie et en histoire locale. Certains chercheurs se rendent, en outre, au château de Gérard le Diable pour étudier les archives du comté de Flandre, qui était au Moyen Âge une région exceptionnellement riche et prospère.

Dans les années 2000, le château de Gérard le Diable ne répond, par ailleurs, plus aux normes modernes de gestion archivistique, notamment en matière de climatisation, sécurisation antivol et antieffraction ou accessibilité.

Dès le 8 décembre 2014, le château de Gérard le Diable est fermé au public. Début 2015, quelque 7 kilomètres d’archives ont  été transférés du château de Gérard le Diable vers le nouveau dépôt situé à la Bagattenstraat.  Les clés du château médiéval ont été remises à la Régie des Bâtiments le 13 février 2015.

Historique du château de Gérard le Diable

Dans les chartes qui ont été conservées à son sujet, Gérard le Diable signait en latin Gerardus de Gandavo, miles, dictus diabolus, c’est-à-dire Gérard de Gand, chevalier, surnommé le Diable.

Gérard le Diable était le troisième fils de Zeger II, vicomte de Gand. Au XIIIe siècle, le vicomte était le représentant héréditaire du comte de Flandre à Gand. Gérard le Diable vécut de 1200 à environ 1270-1278. Il épousa Margaretha de Saint-Pol et se remaria au décès de celle-ci avec Élisabeth de Sloten, la fille d’un riche drapier. Ils n’eurent pas d’enfants. Gérard et sa première épouse Margaretha ont été enterrés à l’église Saint-Jean, l’actuelle cathédrale de Saint-Bavon.

Probablement vers 1254, Gérard le Diable fit ériger (en collaboration avec la ville de Gand) sur la rive du Bas-Escaut (aujourd’hui la « Reep ») un steen, c’est-à-dire une grande maison urbaine en pierre, contrairement à la plupart des habitations communes en bois. Il est probable que le « château » de Gérard le Diable ait occupé la place d’une construction (comtale) existante ou qu’il fût l’extension d’un autre bâtiment préexistant (le donjon à la rue de Limbourg). Initialement, le château avait une fonction de rempart de défense sur la frontière de la Flandre impériale.

Le château a été vendu à la mort de Gérard et de sa seconde épouse. Vers 1330, le bâtiment est acquis par la ville de Gand, qui le réaménage. Le château devient un magasin d’armes et une prison pour les personnes qui ne paient plus leurs dettes. Jacques d’Artevelde y aurait été incarcéré pour cette raison. De 1435 à 1569, le bâtiment abrite une école de l'Ordre des Ermites de Saint-Jérôme ou Hiéronymites, qui enseignent en langue vulgaire, une pratique exceptionnelle à l’époque. Lors de l’instauration du diocèse de Gand, le château de Gérard le Diable est transformé en séminaire épiscopal (1570), une fonction qu’il occupe jusqu’en 1623. Pendant la République calviniste, les malades mentaux sont enfermés au château. En 1625, la ville de Gand rentre en possession du château de Gérard le Diable. Le bâtiment est alors divisé en deux parties dont l’une sert d’orphelinat jusqu’en 1873 et l’autre de maison de correction. En 1773, lorsque cette dernière déménage à la « Coupure », le château de Gérard de Diable est de nouveau utilisé pour enfermer des malades mentaux et ce, jusqu’en 1816-1828, date à laquelle le professeur Guislain et le chanoine Triest œuvrent pour un traitement plus humain des troubles psychiques. Au XIXe siècle, certaines parties du bâtiment servent de conservatoire et de caserne des sapeurs-pompiers (jusqu’en 1891).

Le château de Gérard le Diable a été construit en pierre de Tournai et en style prégothique (avec quelques éléments romans). Après une rénovation en profondeur dans le courant de la deuxième moitié du XIXe siècle, seule la salle du rez-de-chaussée a été conservée dans son état original. Cette salle est appelée à tort la « crypte » : au Moyen Âge, elle se trouvait bel et bien au niveau de la rue et constituait donc le rez-de-chaussée du bâtiment.

Bibliographie

Gand. Archives de l’État, Régie des Bâtiments, Bruxelles, 2015.

Verfaillie J. et Lambrecht T., Een nieuw onderkomen voor de archieven en de bezoekers van het Rijksarchief te Gent / Les Archives de l’État à Gand ont leur nouveau dépôt, in Science Connection, Belspo, Bruxelles, 2015, 47, p. 22-25.

Van Aerschot S., Bouwen door de eeuwen heen in Vlaanderen. Inventaris van het cultuurbezit. 4n. Stad Gent, Gent, 1976, p. 99-102.

Van Acker K.G., Gent, Geraard van, bijgenaamd de Duivel, ridder, dans : Nationaal Biografisch Woordenboek, vol.11, p. 254-257.

Les Archives de l’État à Gand acquièrent et conservent les archives de plus de 30 ans provenant des cours et tribunaux, des administrations publiques, des notaires dont le siège ou l’implantation est ou était fixée sur le territoire de la province de Flandre-Orientale (y compris les archives produites dans l’ancien arrondissement judiciaire d’Audernarde ainsi que les archives d’Ancien Régime conservées autrefois aux Archives de l’État à Renaix).

Le public peut ainsi consulter aux Archives de l’État à Gand, dans la limite du caractère privé de certaines données reprises ci-après.

Archives publiques de l’Ancien Régime

Les Archives de l’État à Gand conservent une très riche collection d’archives publiques de l’Ancien Régime (jusque 1795), notamment des archives des seigneuries, des cours féodales et allodiales, et des tribunaux scabinaux qui étaient tous en charge de l’administration et de la juridiction aux niveaux local et régional. Les archives des niveaux institutionnels intermédiaires (voiries, métiers) et des châtellenies  (Oudburg, Audenarde, Termonde, Waes) complètent la collection. Dans la salle de lecture, ces archives sont indiquées avec le code AR (établissements publics régionaux et locaux du comté de Flandre).

En outre, les Archives de l’État à Gand sont le lieu de conservation traditionnel des archives des établissements publics centraux et régionaux du comté de Flandre, un territoire correspondant aux Flandres occidentale, orientale, française et zélandaise. Sous le code GW les lecteurs trouveront entre autres des chartes des comtes de Flandre, les archives du Conseil et des États de Flandre (respectivement le conseil juridique suprême et la députation), la Chambre législative (la cour féodale suprême), les Domaines seigneuriaux, etc.  

Archives des institutions publiques de l’époque contemporaine (depuis 1795) de Flandre-Orientale

Bien que la Révolution française ait marqué une importante césure historique, la collection des Archives de l’État à Gand comprend pour tous les domaines susmentionnés un pendant du XIXe et du XXe siècle.

  • Sous le code PV on trouve plusieurs blocs d’archives de la province de Flandre-Orientale (et de son prédécesseur en droit le Département de l’Escaut), c’est-à-dire l’institution publique active dans la totalité du ressort des Archives de l’État à Gand.
  • Au niveau régional, il s’agit des archives des municipalités cantonales, des commissariats arrondissementaux et des intercommunales (code REG).
  • Le niveau local ou communal comprend les archives des communes, des CPAS et de leurs prédécesseurs en droit (essentiellement les Bureaux de bienfaisance et les CAP) (code GEM).
  • Enfin, il y a aussi les archives des polders et wateringues (code P), qui remontent souvent à l’Ancien Régime et qui font donc aussi partie des instruments de recherche que l’on trouve sous le code AR.

Les Archives de l’État à Gand conservent aussi les archives de plusieurs services extérieurs des pouvoirs publics nationaux / fédéraux actifs sur le territoire de la province de Flandre-Orientale.

  • Deux domaines sont très présents et ont dès lors reçu un code spécifique : il s’agit des archives des Cours et Tribunaux (code R : archives des Justices de Paix, des Cours d’Assises, du Tribunal du Travail, de la Cour d’appel, des parquets ; des tribunaux extraordinaires) et des archives des Finances (code F : le cadastre, les bureaux de l’enregistrement et des hypothèques).
  • Les archives des autres services extérieurs des établissements nationaux ou fédéraux se trouvent sous le code M. Les Archives de l’État à Gand conservent également des archives des établissements pénitentiaires et d’internement, des services de la navigation (Waterwegen en Zeekanaal) et des centres PMS.
  • À signaler aussi les archives du Secours d’Hiver et les dossiers de dommages de guerre de l’ancien ministère de la Reconstruction.

Archives des établissements ecclésiastiques

Parmi les archives de droit privé conservées aux Archives de l’État, celles des établissement ecclésiastiques occupent une place importante. Ces archives ne sont pas forcément liées à une époque spécifique et elles couvrent une période qui va du Moyen Âge (le document le plus ancien de la collection de Gand date du IXe siècle) au XXIe siècle. Ces archives comportent deux grandes catégories.

  • Sous le code K, on trouve les archives des institutions ecclésiastiques de Flandre-Orientale, hormis les archives paroissiales : archives du diocèse de Gand jusque 1800, de l’officialité (c’est-à-dire le tribunal ecclésiastique), des abbayes, couvents et doyennés, etc. Les archives les plus anciennes se trouvent dans les fonds de l'abbaye de Saint-Pierre, de l'abbaye de Saint-Bavon (devenue au XVIe siècle le Chapitre Saint-Bavon) et du diocèse de Gand. 
  • Les archives des institutions paroissiales de Flandre-Orientale se trouvent quant à elles sous le code PAR. Il s’agit d’archives anciennes et modernes des fabriques d’église, des paroisses et des institutions paroissiales. Pour l’Ancien régime, il s’agit aussi des archives des tables des pauvres, le prédécesseur des Bureaux de bienfaisance et des CPAS. Durant la dernière décennie, l’univers religieux a subi d’importantes réformes : de nombreuses églises ont été désacralisées, des presbytères et locaux paroissiaux sont fermés et/ou vendus. Les Archives de l’État et le diocèse de Gand se sont engagées pour préserver ce patrimoine local, essentiel pour l'étude de l’histoire locale.

Archives notariales

Les Archives de l'État à Gand conservent la plupart des actes des notaires ayant résidé en Flandre-Orientale jusqu'en 1950 ainsi que les archives de nombreux notaires de l’Ancien Régime. En salle de lecture, les instruments de recherche des archives notariales portent le code NOT.

En vertu de la loi sur le notariat (1803, modifiée en 1999), les notaires sont tenus de déposer aux Archives de l’État leurs minutes et répertoires de plus de 75 ans (facultativement de plus de 50 ans).

Les archives et collections de droit privé

Les Archives de l’État à Gand conservent les archives de quelques familles et personnes qui ont joué un rôle historique important dans la région (code FM). Pour certaines familles, l’histoire et les archives remontent au Moyen Âge (ex : familles Borluut, d’Hane, della Faille, …). Dans d’autres cas les archives sont des collections générales de documents de familles (Algemeen Familiefonds). Les archives de personnes, quant à elles, concernent un seul individu et ses fonctions publiques (notaire, avocat, agent). Les archives des cabinets appartiennent également à cette catégorie.

Une deuxième catégorie (code VE) comprend les archives d’organisations à finalité idéologique, politique, sociale, éducative, culturelle ou récréative. Aux Archives de l’État à Gand, il s’agit essentiellement d’archives d’associations et d’écoles. Sous le code B se trouvent les archives d’une série d’organisations professionnelles et économiques, comme la caisse d’épargne et de prêt, une société d’assurances et quelques associations d’entrepreneurs. En fonction des sujets, les archives des Chambres du Commerce et de la Chambre est-flamande des Métiers et Négoces ont également été classées ici.

Les Archives de l’État à Gand conservent quelques collections d'archives rassemblées artificiellement, sous le code VZ (abréviation de verzameling). Les exemples les plus connus sont la collection de cartes et plans, des fonds variés, le fonds des chartes et le fonds Gand. Sous cette catégorie, on retrouve également les collections de faire-part, des notices généalogiques, des ordonnances imprimées, des manuscrits, des chroniques, etc.

Sources généalogiques

Toutes les sources susmentionnées regorgent d’informations pour des recherches généalogiques ou sur l’histoire locale. Mais les Archives de l’État ne perdent jamais de vue les sources de base. En salle de lecture, vous pouvez consulter des microfilms des registres paroissiaux ou de l’état civil ainsi que quelques sources complémentaires. Les registres paroissiaux récents (de 1795 au la moitié du XXe siècle) se trouvent dans le fonds des archives ecclésiastiques récentes (code PAR) et sont consultables dans leur forme originale. Les fonds d’archives de quelques communes (code GEM) contiennent quant à eux des registres de la population du XIXe siècle (consultables sur microfilm).

Il ne faut pas nécessairement venir consulter les documents sur place, car les registres paroissiaux (XVIe siècle-1796) et de nombreux registres de l’état civil (1796-1910) de toute la Belgique sont consultables en ligne gratuitement. Pour avoir accès aux images, vous devez cependant vous inscrire au préalable.

Une bibliothèque scientifique et administrative

Les Archives de l’État à Gand disposent d’une bibliothèque scientifique comprenant des collections de livres et de revues provenant

  • de l’ancien dépôt des Archives de l’État à Gand,
  • de l’ancien dépôt des Archives de l’État à Renaix,
  • d'une parties des collections du dépôt des Archives de l’État à Beveren.

Le catalogue complet de la bibliothèque n’est pas encore disponible. N’hésitez pas à nous contacter si vous cherchez une publication bien spécifique !
À noter que les Archives de l’État à Gand se trouvent à deux pas du Boekentoren (Tour des Livres), le point central de la bibliothèque universitaire, où vous pouvez également consulter de nombreuses publications historiques.

Instruments de recherche

Chef de service : Paul Drossens.

Archiviste : Joke Verfaillie.

Chargés de projets de recherche : Thibaut Matthys (projet SATURN), Caroline Staelens (projet SATURN).

Accueil, salle de lecture et gestion des magasins : Johan Buyle, Jurgen Cazaux, Tania Fol, Hilde Janssens, Sofie Lengeler, Jean-Pierre Lescroart.

Entretien : Rosita Driessen, Nena Uyttendaele.

A pied : Les Archives de l'État à Gand se trouvent à proximité de l'université de Gand, à 25 minutes à pied (1,7 km) de la gare de Gand-Saint-Pierre et à 30 minutes à pied (2,1 km) de celle de Gent-Dampoort. 

  • Depuis la gare de Gand-Saint-Pierre, empruntez la Kon. Elisabethlaan puis la Kortrijksesteenweg, la Kortrijksepoortstraat, la Nederkouter. Prenez ensuite à droite la Bagattenstraat.
  • Depuis la gare de Gent-Dampoort, située Oktrooiplein, dirigez-vous à pied vers l'église St. Macharius, passez sur le pont Van Eyck, prenez la direction des tours de Belgacom et du Reep.

En transport en commun :

Depuis la gare de Gand-Saint-Pierre :

  • prenez le tram 1 (environ 10 min.), descendez à l'arrêt Korenmarkt (Marché aux grains), situé à 940 mètres des Archives de l'État, ou descendez à l'arrêt Gent Savaanstraat, situé à 310 m des Archives de l'État ;
  • ou prenez le tram 21 ou 22 et descendez à l'arrêt Gouvernementstraat/Korte Dagstee ;
  • ou prenez les bus 70 à 78 et descendez à l'arrêt Gent Zuid.

Pour planifier au mieux votre voyage, surfez sur le site De Lijn (en néerlandais).

Depuis la gare de Gent-Dampoort, située Oktrooiplein :

  • prenez le (trolley) bus 3 ou les bus 38 ou 39 jusqu'au Beffroi de Gand, situé Sint-Baafsplein. Les Archives de l'État à Gand se trouvent à 10-15 minutes à pied du Beffroi (900 m).
  • prenez les bus 17 ou 18 jusqu'aux tours de Belgacom, situées près du vieux marché aux bestiaux. Les Archives de l'État à Gand se trouvent à 15 minutes à pied des tours (1,2 km).

Pour planifier au mieux votre voyage, surfez sur le site De Lijn (en néerlandais).


En voiture : Empruntez la E 17 (sortie Gent-Centrum), Wilsonplein, Zuidstationstraat, Sint-Annaplein et Keizer Karelstraat. Il est possible de se garer à proximité des Archives de l'Etat. Le parking est toutefois payant et limité dans le temps.
Vous pouvez également vous garer dans le parking sous-terrain payant Reep situé dans la rue du Séminaire (Seminariestraat, 9) (486 places).

Personnes à mobilité réduite

Les Archives de l'État s'engagent à assurer l'accès de leurs salles de lecture et autres espaces communs à tous les utilisateurs. Plusieurs aménagements ont ainsi été réalisés pour favoriser l'accès des personnes à mobilité réduite (rampes d'accès, toilettes, etc.). Si vous avez des questions spécifiques relatives à l'accès aux Archives de l'État à Gand, contactez-nous par téléphone au 09 265 76 70 ou par e-mail.

Partager cette page :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement