Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

In memoriam – 2019

Texte petit  Texte normal  Texte grand
20/12/2019 - Divers - Archives de l'État à Anvers-Beveren - Archives de l'État à Liège - Archives générales du Royaume

En 2019, les Archives de l’Etat ont – hélas – dû faire leurs adieux à quelques anciens collègues qui ont été très importants pour l’établissement. Un éloge posthume à Jocelyne Puraye, Chantal Vancoppenolle et Rudi Willockx.

Jocelyne Puraye (1944-2019)

Avant d'entrer officiellement aux Archives de l'État à Liège, Jocelyne Puraye travailla plusieurs années (de 1962 à 1970) dans les locaux du dépôt de Liège comme technicienne dans le cadre du microfilmage des registres paroissiaux entrepris par la Genealogical Society of Utah. À la fin de son contrat, elle fut recrutée comme garde de collections temporaire, puis "garçon de laboratoire" temporaire ; nommée en 1977, elle devient ensuite technicien-adjoint de la recherche en juillet 1985 et enfin technicien de la recherche à partir de 1993. Elle est admise à la retraite en août 2005. Personnalité très attachante, Jocelyne se distingua toujours par la grande qualité de son travail et son souci constant de perfectionner ses connaissances. Sa compétence et son sérieux dans la présidence de la salle de lecture, ainsi que son caractère éternellement jovial, étaient appréciés de tous.

Chantal Vancoppenolle (1963-2019)

Chantal Vancoppenolle est décédée le 10 avril 2019. Si cette triste nouvelle n’était pas vraiment inopinée, elle a toutefois fortement marqué les nombreuses personnes qui ont connu Chantal et qui ont travaillé avec elle. 

Chantal a étudié l’histoire à la KU Leuven et a commencé sa carrière en tant qu’assistante à l’UFSIA en 1987. En 1993, elle soutient son doctorat à Tilburg avec une thèse sur le comportement social d’une famille d’entrepreneurs de Zaan (1930-1957). La réconciliation d’une logique entrepreneuriale avec les archives constituera le fil rouge de sa carrière.             

En 1993, elle est entrée en service aux Archives de l’Etat à Bruxelles, où elle est devenue la spécialiste de l’acquisition, de l’ouverture à la recherche et de la valorisation d’archives relatives aux entreprises et à la vie économique. Au début du nouveau millénaire, Chantal est mutée en province. En Flandre orientale, elle s’est révélée être l’archiviste des projets par excellence et elle a pu mettre pleinement en valeur ses qualités managériales. À épingler entre autres IAVA (Instellingenstudie en Archiefbeheer Vlaamse Administratie), les équipes pour les archives des Finances, les guides sur les archives d’entreprises, les livres terriers de Flandre orientale, les archives ecclésiastiques du diocèse de Gand... À partir de 2004, elle est en charge de la direction des Archives de l’Etat à Beveren puis, en 2007, devient chef du service des Archives de l’Etat à Gand et chef du département Flandre orientale.

En  2013, quand elle est nommée directeur opérationnel des Archives de l’Etat en Flandre, Chantal voit dans cette fonction pionnière une opportunité d’appliquer à une plus grande échelle sa méthodologie créative et orientée vers la pratique. Elle n’a malheureusement pas pu concrétiser ses plans de gestion. À partir 2014, elle a été confrontée à de sérieux problèmes de santé qui l’obligent à quitter prématurément l’établissement.

Chantal ne pourrait être caractérisée en quelques mots.  Son approche et sa personnalité pourraient être bien résumées « strenght in numbers ». Au sein de son environnement de travail, elle attachait beaucoup d’importance à la composition, à l’appréciation et à l’engagement de son équipe. À l’extérieur, elle cherchait des partenariats pour réaliser ce que l’on ne saurait économiquement et pratiquement pas faire tout seul. La présence de femmes dans la profession et dans le secteur était un sujet qui la tenait à cœur. Il est aussi significatif qu’elle n’a jamais étalé son titre et sa fonction, mais qu’elle est restée toujours très abordable. Chantal respectait l’opinion de tout un chacun, elle accordait sa confiance et mettait la barre très haute,  mais sans esquiver ses responsabilités.

Rudi Willockx (1950-2019)

Né à Saint-Nicolas le 4 avril 1950, Rudi Willockx a fait des humanités gréco-latines à l’Athénée royal de Saint-Nicolas et la philologie germanique à l’Université de Gand. Après avoir obtenu son diplôme, en 1972, et après son service militaire, Rudi a enseigné l’anglais dans plusieurs écoles, dont l’Athénée royal de Saint-Nicolas. En septembre 1992, il est arrivé en tant que collaborateur détaché aux Archives de l’Etat à Beveren. Pendant de nombreuses années, il y a été responsable de  la salle de lecture. Mais Rudi passera surtout à la postérité comme un des collaborateurs qui a préparé la numérisation des registres paroissiaux, un véritable travail de bénédictin, mais dont les généalogistes recueillent toujours les fruits. Après une longue absence pour maladie, Rudi est parti à la retraite en avril 2010. Rudi est décédé le 5 novembre 2019 à son domicile de Sint-Pauwels, après avoir perdu la lutte contre la sclérose en plaques.  

www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement