Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Le « journal politique » d’Achille Van Acker est transféré aux Archives de l’État à Bruges

Texte petit  Texte normal  Texte grand
01/03/2019 - Acquisitions - Archives de l'État à Bruges

Récemment, les Archives de l’État à Bruges ont acquis un important complément aux archives de l’homme politique socialiste brugeois et ancien premier ministre Achille Van Acker (1898-1975). Si la majeure partie de ses archives personnelles avaient déjà été données aux Archives de l’État, son « journal politique » se trouvait toujours en possession de la famille. Les notes de Van Acker sont incontestablement une source importante pour l’histoire de l’après-guerre en Belgique.   

« Je ne suis pas très communicatif », tel est l’incipit des notes de Van Acker. Toutefois, entre 1944 et 1972, il a écrit des centaines de pages sur ses expériences personnelles en tant qu’homme politique. À la première page on peut lire « La guerre touche à sa fin. J’ai vite griffonné des choses à propos des événements passés qui me passent par la tête ». Voilà le début d’un journal intime qu’il va compléter minutieusement jusqu’à sa mort. Van Acker a été ministre à partir de septembre 1944, il a été quatre fois Premier Ministre de Belgique et a terminé sa carrière politique comme président de la Chambre. Il passera à la postérité comme le « père de la sécurité sociale ». La bataille dite « du charbon », c’est-à-dire la politique d’après-guerre pour augmenter la production charbonnière en vue de la reconstruction économique, lui vaudra le surnom d’Achille Charbon.   

Tantôt dans un style télégraphique, tantôt dans un langage hermétique, Van Acker donne des comptes rendus de ses entretiens avec des hommes politiques importants et avec la maison royale, et il y ajoute sa vision sur les événements. Ses notes permettent de se faire une idée unique de la politique belge d’après-guerre, une période marquée par des affaires délicates comme la question royale, la deuxième guerre scolaire et les relations avec la colonie.  

Le journal est librement consultable aux Archives de l’État à Bruges.

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement