Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Les archives de la prison de Liège, de Saint-Léonard à Lantin

Texte petit  Texte normal  Texte grand
28/08/2018 - Inventoriage - Publications - Archives de l'État à Liège

Les Archives de l'État à Liège conservent 282 mètres linéaires d'archives de la prison de Liège (Saint-Léonard puis Lantin) des années 1796 à 2012. Les archives du greffe ont été conservées dans leur quasi-intégralité et permettent d'étudier la population carcérale depuis l’époque française jusqu’à nos jours.

La ville de Liège possède, depuis le XIVe siècle, deux prisons principales : l’une religieuse, appelée la prison de l’official, l’autre civile, appelée la prison du mayeur. Toutes deux sont situées dans deux ailes distinctes du palais des princes-évêques. En 1737, la ville de Liège accorde aux États l’autorisation d’utiliser la porte Saint-Léonard et ses souterrains afin d’y installer la prison de l’official. La prison du mayeur sera installée à proximité quelques années plus tard.
Entre 1847 et 1850, une nouvelle prison sera construite selon le modèle cellulaire d’Edouard Ducpétiaux, à l’emplacement des anciens fossés et de la place des Walles. L’inauguration de la partie réservée aux hommes aura lieu le 1er janvier 1851. Le transfert des détenues aura lieu en avril 1853. Le 2 décembre 1979, la prison de Liège, dite de Saint-Léonard, ferme ses portes et déménage sur la commune de Lantin. La prison de Lantin est aujourd’hui encore le plus grand établissement pénitentiaire du pays.

Les archives

Les archives produites par le service du greffe ont été conservées dans leur quasi-intégralité et permettent d'étudier la population carcérale depuis l’époque française jusqu’à nos jours.
Pour étudier l’évolution de la population carcérale, vous pouvez consulter les registres indicateurs d’entrées et sorties des détenus, les journaux nominatifs des détenus entrants et sortants ainsi que les registres de population. Ces différents registres permettent une analyse continue de la masse des détenus entre 1939 et 1972 (n°158-206).
Il est également possible d'étudier l’aspect comportemental des prisonniers grâce aux registres de comptabilité morale. Ces registres seront supprimés en 1924 et remplacés par les dossiers moraux.
Pour trouver des renseignements sur certains détenus et sur leur détention, il faut dépouiller les documents d’écrou. Les registres d’écrou renseignent sur la date d’entrée du détenu, la date de sa sortie, les raisons de son incarcération et, le cas échéant, le jugement, le nom du tribunal, les dates de procès, etc. Il existe un répertoire alphabétique des registres d’écrou de la prison pour les années 1920 à 1950 (n°208-366). Pour les personnes incarcérées avant 1920 ou après 1950, il convient de consulter les registres d’écrou des différentes maisons qui composent la prison.  Les registres d’écrou de l’annexe psychiatrique ont également été conservés pour les années 1931-1972 (n°5451-5455). Pour étudier le passé judiciaire d’un individu incarcéré à la prison Saint-Léonard ou à la prison de Lantin, il convient de consulter les fonds d’archives judiciaires, en particulier ceux des cours et tribunaux compétents pour l’arrondissement de Liège.
Le fonds d’archives de la prison de Liège (Saint-Léonard) contient en outre quelques documents relatifs aux deux guerres mondiales (n°5259-5264).

Consultation

Les 282 mètres linéaires d'archives de la prison de Liège (Saint-Léonard puis Lantin) sont conservés aux Archives de l'État à Liège. Les documents de plus de 100 ans sont librement consultables de même que les documents de plus de 30 ans non sensibles du point de vue de la vie privée. La consultation des documents de plus de 30 ans sensibles du point de vue de la vie privée est soumise à l’autorisation de l’Archiviste général du Royaume (ou de son délégué). Les archives de moins de 30 ans sont consultables sur autorisation de la Direction de l’exécution des peines et mesures au sein du SPF Justice.

Les Archives de l'État à Liège conservent, par ailleurs, 150 mètres d'archives de la prison de Verviers et 50 mètres d'archives de la prison de Huy.

L'inventaire

L'inventaire est en vente aux Archives de l'État à Liège, à la boutique des Archives générales du Royaume et peut être commandé via publicat@arch.be. Il est téléchargeable gratuitement au format pdf en cliquant sur le titre ci-dessous.

Pour en savoir plus

A consulter également

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement