Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Le Repas du Fils prodigue à Anvers

Texte petit  Texte normal  Texte grand
31/03/2017 - Inventoriage - Divers - Archives de l'État à Anvers - Archives de l'État à Beveren

Lors du réinventoriage d’une série de testaments conservés dans les archives de la Cathédrale d'Anvers, un archiviste des Archives de l’État à Anvers-Beveren  a trouvé une référence à une société bien particulière, celle du Repas du Fils prodigue. La principale, sinon la seule activité de cette association consistait en l’organisation annuelle d’un ou plusieurs banquets très copieux – comme dans la parabole évangélique – mais … pendant le Carême. Sur son lit de mort, un des membres de la société, le curé Jan Coomans, fut cependant pris de remords.

Originaire de Tirlemont et vicaire de l’église de Notre-Dame à Anvers, le curé Jan Coomans vivait grabataire dans le quartier de la (Grote) Beggaardengang à Anvers. Le 24 janvier 1549, il fit venir un notaire pour faire son testament. Après que le testateur ait pris les dispositions nécessaires pour les obsèques, il déclara qu’il avait été membre de la Société du Repas du Fils prodigue.

La principale, sinon la seule activité de cette société consistait en l’organisation annuelle d’un ou plusieurs banquets très copieux – comme dans la parabole évangélique – mais pendant le Carême. Coomans admettait volontiers que cette abondance de nourriture et de boissons n’était aucunement favorable au salut de l’âme et que le scandale que cela provoquait constituait de toute façon un très mauvais exemple. Il regrettait aussi avoir promis, dans un état d’ébriété lors d’un de ces repas un an ou deux auparavant, qu’il donnerait une rente perpétuelle de quatre florins Carolus pour l’organisation future des banquets. C’était du moins ce que prétendaient ses collègues, dont les noms restent inconnus. À sa décharge, il affirmait qu’il ne s’en souvenait pas du tout pour avoir été trop ivre à l’époque, bien qu’il fût question d’un véritable contrat à ce sujet.
Pour ne pas donner lieu à une poursuite des festins et banquets excessifs, il révoqua unilatéralement sa promesse ou convention, et il légua les quatre florins à la communauté des vicaires et à son filleul. Il n’oublia cependant pas non plus la société, car il fit un don unique de vingt florins Carolus à ses confrères…

Les archives de la cathédrale Notre-Dame à Anvers sont conservées aux Archives de l’État à Anvers-Beveren.

En savoir plus

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement