Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Trois registres paroissiaux retrouvés dans une brocante !

Texte petit  Texte normal  Texte grand
22/12/2015 - Acquisitions - Archives de l'État à Louvain-la-Neuve

Grâce à la vigilance d’un habitant de Jodoigne, trois registres contenant les actes de baptêmes, mariages et décès des habitants de Neerheylissem, des XVIIe et XVIIIe siècles, ont été retrouvés. En vente sur une brocante, ils ont été remis aux Archives de l’État à Louvain-la-Neuve où ils sont dès à présent consultables par tous. Les registres seront disponibles sur le site internet des Archives de l’État dans les prochains mois.

Il y a quelques mois, alors qu'il se baladait dans une brocante à Tirlemont, Willy Thiry a eu l'oeil attiré par d'anciens documents... Généalogiste aguerri, habitué des salles de lecture des Archives de l’État et membre du Cercle d’histoire de Jodoigne, Willy Thiry ne réalisait cependant pas ce qu'il venait de découvrir : trois registres de la paroisse de Neerheylissem, qui fait aujourd’hui partie de la commune d’Hélécine, datant des XVIIe et XVIIIe siècles !

En novembre dernier, lui et son épouse se sont rendus aux Archives de l'État à Louvain-la-Neuve afin de restituer les trois registres paroissiaux, à la plus grande joie des archivistes !

Grâce à la vigilance de Monsieur Thiry, des données tout à fait inédites ont été sauvées et sont désormais accessibles à tous. Il s’agit des actes de baptême de Neerheylissem entre 1659 et 1809, des actes de mariage entre 1635 et 1809 et des actes de décès entre 1635 et 1808. Les registres sont consultables jusqu’au printemps 2016 aux Archives de l’État à Louvain-la-Neuve. Ils seront ensuite numérisés et mis en ligne sur le site internet des Archives générales du Royaume.

Un mystère...

Comment ces registres sont arrivés sur cette brocante située une dizaine de kilomètres à peine de Neerheylissem ? Quel a été leur parcours depuis le 19e siècle ? Mystère… Les registres paroissiaux d’Ancien Régime (jusque 1795) sont des documents publics, qui doivent être versés aux Archives de l’État. Leur tenue résultait, à l’époque, de la volonté du gouvernement des Pays-Bas de tenir une première forme d’état civil. Cette mission a été confiée aux curés de paroisses, non pas dans le cadre de leurs fonctions religieuses, mais en tant que délégués de l’État, comme le stipule l’édit perpétuel de 1611. À la fin de l’Ancien Régime, il a été décidé que les registres paroissiaux encore conservés dans les cures devaient être confiés aux communes (arrêté du Directoire exécutif du 29 prairial an IV / 17 juin 1796). Puis, tout comme les doubles des registres d’état civil et quelques doubles des registres paroissiaux eux-mêmes conservés par les greffes des tribunaux de première instance, les registres tenus par les curés ont progressivement rejoint les dépôts des Archives de l’État. Malheureusement, certains registres paroissiaux, dont ceux de Neerheylissem, ont été oubliés.

Retrouver ces archives perdues et les mettre à la disposition du public, telle est aujourd’hui l’une des priorités des Archives de l’État. Depuis début 2009, date d’ouverture du dépôt des Archives de l’État à Louvain-la-Neuve, 52 registres paroissiaux du Brabant wallon ont été retrouvés et restitués soit par des particuliers, par des communes ou par des fabriques d'église.

A lire également : A la recherche des archives perdues

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement