Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Les archives de l'annexe psychiatrique de la prison de Forest sont ouvertes à la recherche

Texte petit  Texte normal  Texte grand
01/09/2015 - Inventoriage - Publications

Dans les années 1920, plusieurs établissements pénitentiaires ont créé une aile psychiatrique. Les premières sections psychiatriques ont vu le jour au sein des prisons d’Anvers (1er janvier 1921), Gand (7 avril 1921), Forest (1er juillet 1922) et de la prison auxiliaire de Louvain (1er janvier 1923). Conservées aux Archives de l'État à Bruxelles (Anderlecht), les archives de l’annexe psychiatrique de la prison de Forest viennent d’être ouvertes à la recherche.

L’annexe psychiatrique de la prison de Forest a été créée le 1er juillet 1922. Une aile séparée pour les femmes y a été aménagée le 7 avril 1924. La section psychiatrique de la prison de Forest était destinée à enfermer des détenus supposés d’être atteints de troubles mentaux, afin de mieux pouvoir les observer. Le transfert vers cette aile psychiatrique était décidé soit par le médecin anthropologue du laboratoire anthropologique, soit par l’administration centrale des établissements pénitentiaires, soit à la demande des pouvoirs judiciaires. À partir des années 1930, l’aile psychiatrique hébergeait aussi des personnes internées. Les suspects et les condamnés étaient classifiés sur base d’observations pour déterminer s’ils devaient être transférés vers une prison normale, vers un asile ou une colonie psychiatriques de l’État belge.
Pendant la phase d’observation, les détenus n’avaient pas le droit de quitter leur lit, sauf autorisation spéciale et pendant les deux promenades quotidiennes au jardin. Nuit et jour, les infirmiers notaient au registre des observations toutes leurs remarques à propos du comportement des patients. Chaque jour, ces données étaient vérifiées par un médecin anthropologue, qui tenait à son tour un journal contenant ses observations.
À l’origine, il y a avait une salle pour les hommes, équipée d’une dizaine de lits. En 1931, une deuxième salle avec une vingtaine de lits (la salle B) est mise en service. La salle d’observation des femmes, aménagée en 1924, était dotée de cinq lits. La prison de Forest avait aussi quelques cellules d’isolement et une petite salle à trois lits pour les personnes épileptiques.

Conservées aux Archives de l'État à Bruxelles, les archives de l’annexe psychiatrique de la prison de Forest, relatives aux années 1922-1976, viennent d’être ouvertes à la recherche dans le cadre du projet Pôle d’Attraction interuniversitaire (PAI) Justice & Populations, de la Politique scientifique.

Les archives de plus de trente ans sont publiques et librement consultables. Les chercheurs doivent cependant signer une déclaration de recherche, dans laquelle ils s'engagent à respecter la loi sur la protection de la vie privée.

L'inventaire

Publié en néerlandais, l’inventaire relatif aux archives de l'annexe psychiatrique de la prison de Forest (1922-1976) est en vente à la boutique des Archives générales du Royaume, aux Archives de l'État à Bruxelles ou via publicat@arch.be. Il peut également être téléchargé gratuitement au format pdf.

MARTENS Christophe, Inventaris van het archief van de Psychiatrische Afdeling van de Gevangenis van Vorst (1922-1976), série Inventaires Archives de l'État à Bruxelles n°65, publication n°5492, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2015, 2 € (+ frais d'envoi éventuels).

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement