Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Le centre pénitencier de Merksplas durant la Seconde Guerre mondiale

Texte petit  Texte normal  Texte grand
08/12/2014 - Inventoriage - Publications - Archives de l'État à Anvers-Beveren

Le 6 juin 1941, les cent premiers prisonniers politiques débarquent dans la section allemande de l’établissement pénitentiaire de Merksplas. Certains seront par la suite déportés dans des camps de travail dans le nord de la France. L'inventaire des 28,3 mètres linéaires d’archives est paru en novembre 2014.

Durant la première moitié du XIXe siècle, une colonie agricole destinée à accueillir vagabonds et mendiants, est créée à Merksplas. En 1870, l’État belge rachète les bâtiments.

Durant la Seconde guerre mondiale, la prison de Merksplas est placée sous le contrôle administratif des Allemands. Condamnés par des tribunaux allemands, les cent premiers prisonniers politiques débarquent dans la section allemande de l’établissement pénitentiaire de Merksplas le 6 juin 1941. Plusieurs prisonniers seront déportés depuis Merksplas dans des camps allemands situés dans le nord de la France, notamment dans le camp de travail disciplinaire de Watten-Eperlecques, dans le camp de Lille ou de Saint-Omer.

Parmi les 28,3 mètres linéaires d’archives conservés aux Archives de l'État à Beveren, on trouve notamment de la correspondance, des ordonnances administratives ainsi que des documents des commandos de contrôle (KK). Le fonds comporte également les dossiers d’incarcération, des registres de détenus, registres des peines, etc. Figurent, en outre, les fiches des prisonniers qui ont été déportés dans le Nord de la France, avec mention de leur profession, le pavillon où ils résidaient ainsi que l'atelier dans lequel ils étaient employés.

Les documents d’archives sont rédigés en français, néerlandais et allemand.

Le dossier d'Albert Jonnart

Parmi les nombreux dossiers du centre pénitencier de Merksplas figure notamment le dossier d’écrou d’Alfred Jonnart (numéro d’inventaire 209).
Durant la Seconde Guerre mondiale, l’avocat d’origine montoise permet à de nombreuses personnes d’échapper au travail obligatoire en Allemagne. Avec son épouse, il cache également un jeune voisin juif. Dénoncé, Albert Jonnart est arrêté par la Gestapo en juillet 1943 et est incarcéré à la prison de Saint-Gilles. Il est ensuite transféré dans l'aile allemande du centre pénintencier de Merksplas avant d’être envoyé dans le camp de Watten, en France. Epuisé par les conditions de vie très pénibles, il décède en mars 1944. La rue dans laquelle il habitait à Woluwé-Saint-Lambert porte son nom depuis 1945. En 2013, le titre de Juste parmi les nations lui est attribué ainsi qu’à son épouse, Simone Deploige.

     

Conditions de consultation

Les archives de plus de 30 ans, ne contenant pas de données à caractère personnel sensibles, sont librement consultables. La consultation des archives contenant des données à caractère personnel sensibles (ex : registres d'écrou) nécessite une autorisation écrite de l’Archiviste général du Royaume (ou du responsable des Archives de l'État à Anvers). Le chercheur doit également signer une déclaration de recherche.

L’inventaire

Rédigé en néerlandais, l'inventaire est téléchargeable gratuitement au format pdf. Il est également en vente sous forme papier à la boutique des Archives générales du Royaume, aux Archives de l'Etat à Beveren ou via publicat@arch.be

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement