Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Des sabots pour la Saint Nicolas

Texte petit  Texte normal  Texte grand
05/12/2014 - Événements - Divers - Archives de l'État à Saint-Hubert

Chaque 6 décembre, Saint Nicolas rend visite à tous les enfants sages. La chose est cependant moins aisée en temps de guerre. Depuis août 1914, la population belge a faim et manque de tout : vêtements, linges, médicaments, etc. En province de Luxembourg, certains enfants recevront toutefois du Grand Saint des sabots tandis et d'autres recevront jouets et friandises...

En décembre 1914, malgré la guerre et les difficultés à s’approvisionner, le Grand Saint est venu apporter des jouets et des friandises à certains enfants sages. Ces derniers posent fièrement avec leurs cadeaux dans L’actualité illustrée.

On peut penser qu’un effort particulier a été fourni dans de nombreuses familles pour faire oublier aux petits les difficultés du moment, mais il ne faut pas s’y tromper : la revue précise en « Une » qu’elle est publiée avec l’autorisation de la censure du gouvernement allemand. Ce qu’elle ne dit pas c’est qu’elle bénéficie également d’un certain soutien de l’occupant. De là à dire qu’elle a une vision un peu particulière des choses…

Des sabots pour la Saint Nicolas

En province de Luxembourg, le délégué du « secours travail » de la zone de Marbehan insista, quant à lui, pour qu'une livraison de sabots d'enfants se fasse pour la Saint Nicolas, comme en atteste un document datant de novembre [1917 ?], conservé aux Archives de l'État à Saint-Hubert.

En période de disette, il n’est pas certain que le Grand Saint ait pu trouver des friandises pour remplir les sabots de ces enfants sages… mais en pleine guerre, le contenant ne devenait-il pas plus important que le contenu ?

Dans le cadre du « secours travail », plusieurs localités du Luxembourg belge (Pin, Izel, Awenne, Saint-Hubert et ailleurs) se sont ainsi spécialisées dans la production de sabots. La province en produira plus de 500.000 paires.

Les missions du  « secours travail »

Durant la Première Guerre mondiale, le Comité de secours et d’alimentation de la province de Luxembourg poursuivait deux missions principales : ravitailler la population et répartir les secours entre les nécessiteux et les sinistrés.

Parmi les différentes aides aux populations qu’il a mises en place, le Comité organisa un « secours travail ».

Un premier objectif était de donner du travail, donc un salaire et un relatif pouvoir d’achat, à des personnes qui en raison de la guerre avaient perdu leur emploi ou leur revenu : fonctionnaires, ouvriers, familles de militaires, etc.

Un deuxième objectif était d’empêcher les déportations. L’emploi de personnes au « secours-travail » les faisaient sortir de la catégorie des « chômeurs » que les Allemands déportaient vers leurs propres usines, où ils tenaient la place des ouvriers allemands partis au front.

Le dernier objectif était d’organiser la production, à coûts réduits, des biens nécessaires à la population belge : vêtements, légumes, outils, etc.


Les deux documents sont conservés aux Archives de l’État à Saint-Hubert.
 

Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement