Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Réédition de l'ouvrage sur les chantiers navals de Tamise

Texte petit  Texte normal  Texte grand
19/11/2014 - Publications - Archives de l'État à Anvers-Beveren

En novembre 1994, la faillite des chantiers navals Boel, à Tamise, sonnait définitivement le glas de l'industrie de la construction navale en Belgique, jadis prospère. Vingt ans plus tard, un ouvrage reprenant plus de 170 photos d'archives était publié. Face au succès, l'ouvrage sera réédité en décembre 2014.

Aujourd’hui, le chantier naval Boel fait partie du patrimoine culturel et industriel du pays de Waes. Les archives de l’entreprise, tombée en faillite en 1994, ont cependant été sauvegardées en grande partie. Afin d’immortaliser ce patrimoine, les Archives de l’État, en collaboration avec la province de Flandre-Orientale, ont publié, en avril 2014, un ouvrage dans lequel l’archiviste Johan Dambruyne mettait en valeur la riche collection de photos du chantier naval Boel. Ces photos sont conservées majoritairement aux Archives de l’État à Beveren et permettent au lecteur de se faire une idée de l’histoire glorieuse et mouvementée de l’entreprise. Edité par la province de Flandre-Orientale, en collaboration avec les Archives de l’État, l’ouvrage « Boelwerf in beeld » a toutefois rapidement été épuisé. Face au succès, l'ouvrage sera réédité en décembre prochain.

Incontournable pour tous celles et ceux qui s’intéressent à la construction navale et au patrimoine maritime, cette édition de luxe de 200 pages, reliée et cartonnée, comprend plus de 170 photos en couleur et en noir et blanc.

165 ans d'histoire...

Le chantier naval est fondé en 1829 à Tamise par le charpentier Bernard Boel et reste une entreprise familiale pendant des générations. En 1982, l'État belge devient actionnaire de l’entreprise. Sous la pression du gouvernement, Boel reprend Cockerill Yards Hoboken en faillite, l’autre grand chantier naval de Belgique. En raison de la crise que connaît le secteur de la construction navale dans les années 1980, l’entreprise Boel éprouve des difficultés pour rester rentable. En dépit du plan de restructuration entamé, Boel tombe en faillite. L'entreprise reprend ses activités en février 1993 sous l'appellation de Boelwerf Vlaanderen, avec un nouvel actionnaire privé : la société néerlandaise Koninklijke Begemann Groep. Les difficultés financières s’accumulent néanmoins rapidement et les commandes se font attendre. La fin définitive de l’entreprise est proche.

Durant ses 165 ans d’existence, le chantier naval Boel est passé du stade de simple atelier artisanal, avec un seul employé, à celui de chantier géant de renommée mondiale. Tant dans le domaine des techniques de construction que celui de l’infrastructure, le chantier Boel figurait à la pointe, après la Seconde Guerre mondiale. La mise en service d’une nouvelle cale sèche et d’un nouveau bassin d’armement permettent alors de construire des navires de 300 mètres de long et de 45 mètres de large. Le chantier naval Boel se spécialise dans la construction de navires dotés de technologies de pointe : butaniers, tankers pour le fret de marchandises et conteneurs, navires-citernes pour des produits chimiques et navires-bases. L’entreprise a également construit des ferries pour le transport de voitures, des bateaux de dragage ainsi que des frégates pour la Marine belge. Au sommet de sa gloire, Boel employait plus de 3000 personnes. La commune de Tamise accueillait alors le plus grand employeur de la région.

Les archives

C’est grâce à diverses donations de curateurs qu’une part significative des archives du chantier naval Boel a pu être conservée. Ces archives sont toutefois dispersées en différents endroits. La majorité des archives, soit plus de 124 mètres linéaires d’archives, 95 mètres de documentation (livres et magazines) et plus de 26.500 photos d’entreprise se trouve aux Archives de l’État à Beveren. En 2006, les Archives de l’Etat décidaient d’inventorier les archives du chantier naval Boel et d’ouvrir également à la recherche la bibliothèque du chantier.  Publié en 2008, l’inventaire imprimé compte environ 300 pages et 3.340 entrées. L’inventaire comprend également les archives privés de Jozef Dauwe, curateur de l’entreprise Boel en faillite. L'inventaire est en vente aux Archives de l'État à Beveren, à la boutique des Archives générales du Royaume ou via publicat@arch.be

  • DAMBRUYNE Johan, Boelwerf in beeld . Een fotografische terugblik, Administration provinciale de Flandre-Orientale, Gand, 2014, 200 pages (sous presse).
  • DAMBRUYNE Johan, Inventaris van het archief van de N.V. Boelwerf Vlaanderen en rechtsvoorgangers met inbegrip van het archief van Jozef Dauwe als curator van de failliete N.V. Boelwerf Vlaanderen 1868-2005, Série Inventaires Rijksarchief te Beveren 154, publ. n°4650, Archives générales du Royaume, 2008, 15 € + frais d'envoi éventuels.
Partager cet article :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement