Archives de l'État en Belgique

Notre mémoire à tous !

Menu

Enfants Non Admis

La commission de contrôle des films, 1921-2005

Texte petit  Texte normal  Texte grand
Du 29/04/2013 au 31/10/2013Archives générales du Royaume
Rue de Ruysbroeck, 2 – 1000 Bruxelles
Heures d'ouverture :

Le lundi : de 9h00 à 16h00.
Du mardi au vendredi : de 9h00 à 16h30.
Le 1er samedi du mois : de 9h00 à 12h30 et de 13h00 à 16h00.

Tarifs : Entrée libreContact : communicat@arch.be - 02 513 76 80

Le cinéma suscite certaines craintes dès son apparition. Ce nouveau média présenterait, selon certains, un danger pour les enfants. Mais que fait-on alors des principes du libéralisme et de la liberté de la presse ? Le débat anti-cinématographique donne naissance, en 1920, à la loi Vandervelde. Dorénavant l’industrie du cinéma a la possibilité de soumettre volontairement ses films à une Commission de contrôle, sans qu’aucune censure ne soit imposée. La Commission peut émettre trois types d’avis : enfants (de moins de 16 ans) admis, enfants non admis ou enfants admis moyennant certaines coupures. L’importance commerciale du public familial contraint cependant les distributeurs de films à se plier au contrôle de la Commission. La classification EA/ENA devient incontournable dans le cinéma belge.

En 2012, les Archives de l’État inventorient les archives de la Commission belge de contrôle des films. Il s’agit là d’une étape importante pour l’étude de l’histoire du cinéma et l’étude des mentalités. Au quotidien, la Commission traque essentiellement les scènes de violence, de crime, à caractère sexuel ou érotiques. À ses débuts en 1922, la Commission évalue les films de manière très stricte et se comporte en arbitre du bien et du mal. Les décennies suivantes, l’influence du cinéma sur les enfants devient sa préoccupation principale. Dans les années 1960, l’influence de la Commission est en déclin, en parallèle avec la chute brutale de la fréquentation des cinémas. La dernière coupure date de 1992… Pendant plus de 70 ans, les coupures de films sont monnaie courante en Belgique. Cela conduit donc à une vision plus nuancée, moins libérale du cinéma dans notre pays.

Partager cette expo :
www.belspo.be www.belgium.be e-Procurement